URGENT

Bourse du Travail : des nouvelles du front

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : paris-luttes.info)

Frédéric Lordon et Xavier Mathieu font partie du public qui s’est fait nasser à la Bourse du travail à Paris, alors qu’une AG INTERLUTTES était prévue. 200 à 300 personnes ont été bloquées, certains depuis ce matin et jusqu’à environ 18h30…

Des manifestants venus en renfort par la place de la République ont été refoulés et gazés. Vers 18h30, nous avons pu rejoindre Frédéric Lordon et Xavier Mathieu.

Bourse du Travail : des nouvelles du front

Xavier Mathieu, ex-Conti (photo : Dillah TEIBI)

Communiqué de la Commission Action Travail Social de Nuit Debout :

Interdiction arbitraire de manifester

« Les plus de deux cents militants et militantes réunis ce matin à la Bourse du travail de Paris (rue du Château-d’eau), ainsi que ceux et celles qui les ont rejoints suite à l’information d’un déploiement policier devant le bâtiment, ont tenté de se rendre vers 13h30 à la manifestation intersyndicale qui se tient à 14 heures place de la Bastille.

La police, qui procède depuis la fin de la matinée à des fouilles arbitraires sur la place de la République, nous a alors empêchés de sortir de la rue du Château d’eau et de nous rendre au métro. Entretemps, une centaine de syndicalistes de Solidaires et de la CNT qui avaient essayé de nous rejoindre ont été bloqués à la sortie du métro Jacques Bonsergent.

Malgré les interventions de nombreux responsables syndicaux auprès de la Préfecture de police, nous sommes de fait assignés à résidence dans la Bourse du travail ! Nous sommes actuellement près de trois cents à être « nassés » devant le bâtiment.

Ce déni de démocratie est insupportable.

Si le gouvernement croit venir à bout de la mobilisation contre sa Loi Travail, il se trompe lourdement. Nous continuerons de le lui prouver en poursuivant la lutte.

Nous appelons ceux et celles qui partagent notre révolte, notre indignation et notre détermination à se réunir à 18h30 à la Bourse du travail pour une assemblée générale interprofessionnelle. »


Merci à Frédéric LORDON et Xavier MATHIEU.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
réalisation : Sylvain RICHARD
montage : Anaëlle VERZAUX

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.