URGENT

Bourse du Travail : des nouvelles du front

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : paris-luttes.info)

Frédéric Lordon et Xavier Mathieu font partie du public qui s’est fait nasser à la Bourse du travail à Paris, alors qu’une AG INTERLUTTES était prévue. 200 à 300 personnes ont été bloquées, certains depuis ce matin et jusqu’à environ 18h30…

Des manifestants venus en renfort par la place de la République ont été refoulés et gazés. Vers 18h30, nous avons pu rejoindre Frédéric Lordon et Xavier Mathieu.

Bourse du Travail : des nouvelles du front

Xavier Mathieu, ex-Conti (photo : Dillah TEIBI)

Communiqué de la Commission Action Travail Social de Nuit Debout :

Interdiction arbitraire de manifester

« Les plus de deux cents militants et militantes réunis ce matin à la Bourse du travail de Paris (rue du Château-d’eau), ainsi que ceux et celles qui les ont rejoints suite à l’information d’un déploiement policier devant le bâtiment, ont tenté de se rendre vers 13h30 à la manifestation intersyndicale qui se tient à 14 heures place de la Bastille.

La police, qui procède depuis la fin de la matinée à des fouilles arbitraires sur la place de la République, nous a alors empêchés de sortir de la rue du Château d’eau et de nous rendre au métro. Entretemps, une centaine de syndicalistes de Solidaires et de la CNT qui avaient essayé de nous rejoindre ont été bloqués à la sortie du métro Jacques Bonsergent.

Malgré les interventions de nombreux responsables syndicaux auprès de la Préfecture de police, nous sommes de fait assignés à résidence dans la Bourse du travail ! Nous sommes actuellement près de trois cents à être « nassés » devant le bâtiment.

Ce déni de démocratie est insupportable.

Si le gouvernement croit venir à bout de la mobilisation contre sa Loi Travail, il se trompe lourdement. Nous continuerons de le lui prouver en poursuivant la lutte.

Nous appelons ceux et celles qui partagent notre révolte, notre indignation et notre détermination à se réunir à 18h30 à la Bourse du travail pour une assemblée générale interprofessionnelle. »


Merci à Frédéric LORDON et Xavier MATHIEU.

Marie GALL attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Dillah TEIBI
réalisation : Sylvain RICHARD
montage : Anaëlle VERZAUX

(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique « Mon compte », en haut à droite de cette page.)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Le Brésil bascule dans le plomb Accès libreLire

Le

Le FACHO-CAPITALISME l’emporte au Brésil.
Avec plus de 55 % des voix, BOLSONARO remporte les élections. C’est un séisme pour toute l’Amérique latine et une avancée pour toutes les extrêmes droites à travers le monde. Mais comme pour le nuage de Tchernobyl, nous serons épargnés.

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?