Babi Yar, le plus grand massacre de la « Shoah par balles » en Ukraine

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

[RADIO] Babi Yar, il y a 80 ans : le plus grand massacre de la « Shoah par balles » en Ukraine [29 novembre 1993]

Le 2 mars dernier, un missile russe a été tiré contre la tour de le télévision de Kiev. Cette tour haute de 300 mètres a été détruite à proximité du site de Babi Yar, là où des milliers de Juifs furent exterminés en septembre 1941. Le mémorial n’a pas été touché mais l’émotion a été très grande et la guerre n’est pas finie. Une occasion pour (ré)écouter deux survivants que nous avions rencontrés en 1993, il y a presque trente ans.


Parmi des centaines de reportages et de rencontres, jamais Zoé Varier ni moi nous n’oublierons les voix de Rebecca Schwarzmann et de Jacob Kaper.

C’était en 1993, à Kiev, dans le chaos qui a suivi l’effondrement de l’Union soviétique. Ils étaient, l’un et l’autre, les tout derniers survivants du massacre de Babi Yar, les 29 et 30 septembre 1941, il y a donc 80 ans aujourd’hui.

Le nom enfantin de ce lieu, Babi Yar, qu’on appelle aussi le « ravin des bonnes femmes », est lié à des crimes innommables. En deux jours, près de 34 000 Juifs ont été fusillés par les Einsatzgruppen nazis et leurs collaborateurs locaux, dont 22 000 en moins de 12 heures, ce qui fut nommé par les historiens la « Shoah par balles ».

Par la suite, jusqu’en 1943, Babi Yar fut un lieu d’exécution des résistants, des Tsiganes, des prisonniers soviétiques, des handicapés mentaux et autres « ennemis judéo-bolchéviques ». Longtemps, ces drames furent occultés et objets de concurrences victimaires. En 1961, un texte du grand poète Evgueni Evtouchenko a révélé cette tragédie, il fut présent en France à la Maison de la Mutualité en 1963. Aujourd’hui, Rebecca et Jacob ne sont plus de ce monde, mais leurs voix bouleversantes resteront vivantes tant que l’humanité aura des oreilles. Et une conscience.

D.M.

Cette photo a été retrouvée sur le corps d’un officier nazi tué en Russie. Elle a été prise en 1942 lors d’une exécution dans le ravin de Babi Yar

Ce cliché datant de 1944 montre la découverte de corps dans le ravin de Babi Yar par l’armée rouge

Programmation musicale :
- Josh Waletzky : Shtil, di nakht iz oysgeshternt
- Adrienne Cooper : Shtiler, shtiler

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.