Il y a 75 ans, la ville de Royan détruite par des bombardements alliés

AVRIL 1945. HOWARD ZINN BALANCE DES BOMBES AU NAPALM SUR ROYAN

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le lieutenant bombardier Howard Zinn avait 23 ans. Il s’était engagé dans l’US Air Force « pour la patrie et contre le fascisme ».

Cette nuit d’avril 1945, il participe au bombardement de Royan où un reste de forces allemandes s’accrochent encore. Plus tard, il comprendra qu’il s’agissait d’un des premiers usages du napalm, il comprendra que le vainqueur n’est pas toujours le gentil, il comprendra et il fera comprendre que mourir pour la patrie n’est pas toujours le sort le plus beau. Ce bombardement va le hanter toute sa vie et faire de lui un des plus grands historiens populaire du XXe siècle. Voici, en avant-première, un extrait de la deuxième partie de notre film HOWARD ZINN, UNE HISTOIRE POPULAIRE AMÉRICAINE, prochainement sur vos écrans…

Howard Zinn à Royan
par lesmutins.org

un film de Daniel Mermet et Olivier Azam

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».