Une série de Rencontres de Sophie en huit podcasts

AVEC LAQUELLE, SUR L’ÎLE DÉSERTE ? [INTÉGRALE] Abonnés

1

Le

Pour ces jours de fête, nous vous proposons tout un programme de derrière les fagots jusqu’au frais du jour, mais ne gardez pas tout ça que pour vous, faites connaître LÀ-BAS, offrez des abonnements à celles et ceux qui comptent pour vous. Et aux autres aussi. De quoi commencer l’année du bon pied. Devinez lequel !

Quelle émission vous emporteriez parmi celles qui ont surpris, enchanté, choqué, bouleversé ou ravi vos oreilles depuis trente ans ? On a reçu beaucoup de superbes réponses, merci à vous chères et chers AMG, on s’y attendait mais pas à ce point-là. Dans tous vos messages, Sophie en a choisi huit, suivis de huit rencontres à déguster en huit podcasts. Huit fois la preuve que c’est vous les meilleurs…

ÉPISODE 01/08 : Bruno, 56 ans

Bruno habite à Champs-sur-Marne, en Seine-et-Marne. Il est professeur de chimie. L’émission dont il se souvient encore, c’est la première fois qu’il a entendu Là-bas si j’y suis à la radio :

ÉPISODE 01/08 : Bruno, 56 ans

(Ré)écoutez « Bienvenue au château de Brissac », un reportage de Thierry Scharf et Daniel Mermet du 26 juin 1996, en cliquant ici.

ÉPISODE 02/08 : Alice et Antoine

Alice et Antoine vivent dans le Gers. Alice est ingénieure agronome, en recherche d’emploi. Antoine a 25 ans. Il est intermittent du spectacle. Mais sa première formation, c’était la menuiserie. Dans son atelier de menuiserie, les machines se taisaient à 15 heures. L’heure de Là-bas si j’y suis :

ÉPISODE 02/08 : Alice et Antoine

(Ré)écoutez « La Chanson de Craonne », un reportage de Daniel Mermet du 7 novembre 1997, en cliquant ici.

ÉPISODE 03/08 : Élie, 47 ans

Élie est régisseur du son en Normandie. L’émission qui l’a le plus marqué, c’est celle sur Adolfo Kaminsky, ce faussaire résistant qui racontait son histoire incroyable à François Ruffin en mars 2010 : « Ce gars là, il n’avait que son idée de l’humanité à défendre. »

(Ré)écoutez « Adolfo Kaminsky, une vie faussaire », un reportage de François Ruffin du 16 mars 2010, en cliquant ici.

ÉPISODE 04/08 : Mouna, 33 ans

Mouna, 33 ans, était travailleuse sociale. Les émissions qui ont marqué Mouna, ce sont celles sur "la peur", les choquottes, les jetons, la frousse. La première de Sophie Simonot, en février 1995, et la seconde de Charlotte Perry en septembre 2007. Peur du noir, du sexe, peur de l’inconnu, des inconnus, du dentiste ou de la mort...

(Ré)écoutez « Peur bleue ou mort de peur ? Et vous ? », un reportage de Sophie Simonot du 9 février 1995, en cliquant ici.

(Ré)écoutez « Je vais vous faire peur... », un reportage de Charlotte Perry du 27 septembre 2007, en cliquant ici.

ÉPISODE 05/08 : Mathieu, 39 ans

Mathieu, 39 ans, est cheminot à Mulhouse. Sur une île déserte, il emporterait le reportage de Sylvie Coma en 2011, « Le long chemin de Khadidja ». Pour entendre à nouveau les sourires de Khadidja, ses silences et ses pleurs.

(Ré)écoutez « Le long chemin de Khadidja », un reportage de Sylvie Coma du 24 février 2017, en cliquant ici.

ÉPISODE 06/08 : Corinne, 51 ans

Corinne est professeur d’histoire-géographie. Le 15 mars 2010, Corinne est en voiture en Guadeloupe où elle habitait. Elle apprend à la radio, sur Là-bas si j’y suis, la disparition de Jean Ferrat. C’est cette émission hommage, l’une des plus écoutée de l’histoire de Là-bas, que Corinne emporterait sur une île déserte...

(Ré)écoutez « Hommage à Jean Ferrat », une émission du 15 février 2010, en cliquant ici.

ÉPISODE 07/08 : Sylvain, 31 ans

Sylvain est instituteur bilingue en Bretagne. En arrivant en Bretagne il y a 6 ans, Sylvain a repensé à ce reportage de Zoé Varier sur « la mémoire de la mer ». Douarnenez, ses baisers salés, la lutte des Penn sardines, le communisme et le drapeau rouge...

(Ré)écoutez « La mémoire de la mer », un reportage de Zoé Varier du 22 octobre 1993, en cliquant ici.

ÉPISODE 08/08 : Cheick, 28 ans

Cheick, 28 ans, travaille dans la finance à Paris. L’émission qu’il emmenerait sur une île déserte, c’est la série de reportages de Dillah Teibi sur les ravages du crack à Paris, « Ça crack à Stalingrad » !

(Ré)écoutez la série « Ça crack à Stalingrad », un reportage en trois volets de Dillah Teibi du 9 novembre 2018, en cliquant ici.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »