Attention quand les femmes s’en mêlent ! Un reportage à Brionne dans l’Eure

Au rond-point des « braves », paroles de femmes en jaune Abonnés

1

Le

(photo : Jonathan Duong / LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

[EXTRAIT] Au rond-point des « braves », paroles de femmes en jaune [RADIO]

Mardi 15 janvier, Emmanuel Macron était à Grand Bourgtheroulde, dans l’Eure, pour lancer son « grand débat national », aux côtés de 600 maires de communes normandes avoisinantes.

Six heures de « débat », c’est à dire de monologue présidentiel bien préparé, émaillé de questions bien peu spontanées. S’il y avait beaucoup de cheveux blancs bien sages, il y avait bien peu de femmes et encore moins de « gilets jaunes ». Une mascarade qui n’a guère convaincu. Selon un sondage pourtant financé par des médias très peu hostiles au pouvoir (LCI, RTL, Le Figaro) 62% des français pensent qu’il ne sera tenu aucun compte des résultats. [1]

Pourtant, des « gilets jaunes » de l’Eure avaient demandé à parler au président. Mais malheureusement, il n’a pas eu le temps de les voir.

Voila pourquoi nous sommes ici, à Brionne dans l’Eure, sur le rond-point de la Lune, rebaptisé rond-point des « braves » par les « gilets jaunes », pour rencontrer les femmes. Des femmes qui représentent « le pouvoir ignoré du mouvement social [2] ». En France, les femmes constituent 51 % des ouvriers et employés. Contre 35 % en 1968 : « à elles seules, les salariées des activités médico-sociales et éducatives ont quadruplé leur effectif : de 500 000 à 2 millions entre 1968 et 2017 ».

Voilà pourquoi les femmes, ces femmes-là, se révoltent en jaune depuis deux mois ! Surtout quand elles élèvent seules leurs enfants (82 % des parents qui élèvent seul un enfant sont des femmes, au moins une famille monoparentale sur cinq est considérée comme pauvre [3]).

Ce soulèvement est aussi un débordement des formes habituelles de lutte qui n’ont pas réussi ces dernières années. Ainsi la CGT s’est trouvée désorientée, de même que la gauche et ses leaders qu’on voit courir énamourés derrière les « gilets jaunes » et se proclamant leur humble porte-parole. De même les mouvements féministes préoccupés de harcèlement et d’intersectionnalité sont débordés par les femmes des ronds-points, aides soignantes, auxiliaires de vie, employées des Ephad, domestiques, le plus souvent à temps partiel et en horaires décalés. Ou encore cette « bénéficiaire » d’une retraite de 611 euros réduite à 560 euros par la grâce de la « Start up Nation ».

Manifestation, le 20 novembre 1924, à Douarnenez, des sardinières de la fabrique Carnaud.

Attention quand les femmes s’en mêlent ! Sans remonter à Lysistrata qui organisa la grève de l’amour jusqu’à ce que les guerriers déposent les armes, on peut évoquer ce 8 mars 1917, où, sans ordre et sans encadrement, les femmes de Petrograd, ouvrières et ménagères, manifestèrent pour le pain et pour le retour des hommes partis au front. Personne ne pouvait imaginer que c’était là, le premier jour de la révolution. Plus près de nous, le 8 mars 2018, cinq millions de femmes espagnoles se sont mises en grève. Ici, il ne faudrait surtout pas que toutes ces petites femmes en jaune comprennent la puissance de leur pouvoir. Heureusement chaque semaine comme disent les vrais médias, "le mouvement s’essouffle"

Paroles de femmes en jaune, avec les « braves » du rond-point de la Lune, un reportage d’Anaëlle Verzaux.


Programmation musicale :
-  Bradouchka  : Chez Nous

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage dessiné de Mathieu Colloghan en quatre épisodes Justice du pauvre : pauvre justice ! AbonnésLire

Le

Déménagement du Palais de justice de Paris : Mathieu Colloghan a suivi les dernières comparutions immédiates sur l’île de la Cité. Un grand reportage dessiné.

Ça y est, le nouveau Palais de justice de Paris a ouvert ses portes. C’est le 16 avril dernier que le tout nouveau bâtiment construit porte de Clichy, dans le 17ème arrondissement de Paris, a accueilli ses premières audiences. Le déménagement des tribunaux d’instance, de grande instance, ainsi que des affaires familiales, financières et antiterroristes, doit être achevé mi-juillet.

Le procès de Sarkozy (1) Accès libreÉcouter

Le

Après le procès de Jacques Chirac, au tour de Nicolas Sarkozy de comparaître devant le tribunal au service de la mauvaise foi.
Au théâtre Dejazet, les témoins parlent de la politique "médiatiquement sécurisée" de Nicolas Sarkozy, les griefs du jeune populiste sont nombreux ...

Tranches de France : la nouvelle série de Rencontres de Sophie en dix épisodes Et vous, si vous étiez maire, vous feriez quoi ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

C’était il y a des siècles, au début de mars dernier, dans le monde d’avant. C’est là où nous retournons aujourd’hui avec Sophie pour les élections municipales avec une question : et vous, si vous étiez maire, vous feriez quoi ? La Covid est arrivée et nous a fait taire, mais la question est restée et les réponses surtout. Les voilà. Et voilà une nouvelle série de croquis sonores dont Sophie a le secret. Si différents, si proches, si surprenants souvent, modestes et géniaux toujours. Une série de dix podcasts de Sophie Simonot.

Dialogue Clémentine AUTAIN / Alain GRESH LE COMPLOT ISLAMO-GAUCHISTE AbonnésÉcouter

Le

D’où vient le terrorisme ? De Clémentine Autain et de ses semblables, les islamo-gauchistes. Voilà l’ennemi, voilà le combat du premier ministre Manuel Valls contre, dit-il, « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation. »