La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution

Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • Télécharger 01. De haute lutte

    - MP3 - 13.3 Mo

  • Télécharger 02. Il avait apporté la dignité

    - MP3 - 9.6 Mo

  • Télécharger 03. Au Capricorne, à côté de la gare de Notre-Dame-de-Briançon

    - MP3 - 9.5 Mo

  • Télécharger 04. 1936 : la vie est à nous

    - MP3 - 17 Mo

  • Télécharger 05. 1945 : le ministre du Travail

    - MP3 - 11.3 Mo

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Le fondateur de la Sécu nous prévenait déjà : « ne parlez pas d’acquis, en face le patronat ne désarme jamais. »

Hier, mercredi 4 juillet, les députés La République En Marche (arrière) ont voté en commission des lois la suppression de la mention « Sécurité Sociale » dans la Constitution, pour la remplacer par « protection sociale [1] ». Les mots sont importants : derrière ce tour de passe-passe sémantique, il s’agit d’enterrer le principe universel de redistribution inscrit dans nos institutions depuis 1945. En finir avec le programme du Conseil National de la Résistance, voilà essentiellement le projet de la Macronie.

Face à l’alerte, donnée notamment par les députés communistes et insoumis, le Premier ministre Édouard Philippe et le député Richard Ferrand, président du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale, ont finalement fait volte face en demandant aux députés ce 5 juillet de « refaire la copie afin que ne subsiste pas de malentendu [2] ».

Pourquoi il faut défendre la Sécurité Sociale ? (Ré)écoutez ce reportage de François Ruffin avec Michel Étiévent, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999) :

[REPORTAGE] Ambroise Croizat, vive la Sécu ! [10 février 2011]

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Marty : Révolution
- Jean Nocher : Nous allons au-devant de la vie
- Marianne Oswald d’après un poème de Jacques Prévert : La Grasse Matinée

Le journal L’Humanité a lancé une pétition : « La Sécurité sociale rayée de la Constitution : pour nous c’est NON ! »


Bande-annonce du film de Gilles PERRET "La Sociale" :

« La Sociale », bande-annonce du film de Gilles PERRET
par Là-bas si j'y suis

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.