La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution

Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • 01. De haute lutte

    - MP3 - 13.3 Mo

  • 02. Il avait apporté la dignité

    - MP3 - 9.6 Mo

  • 03. Au Capricorne, à côté de la gare de Notre-Dame-de-Briançon

    - MP3 - 9.5 Mo

  • 04. 1936 : la vie est à nous

    - MP3 - 17 Mo

  • 05. 1945 : le ministre du Travail

    - MP3 - 11.3 Mo

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Le fondateur de la Sécu nous prévenait déjà : « ne parlez pas d’acquis, en face le patronat ne désarme jamais. »

Hier, mercredi 4 juillet, les députés La République En Marche (arrière) ont voté en commission des lois la suppression de la mention « Sécurité Sociale » dans la Constitution, pour la remplacer par « protection sociale [1] ». Les mots sont importants : derrière ce tour de passe-passe sémantique, il s’agit d’enterrer le principe universel de redistribution inscrit dans nos institutions depuis 1945. En finir avec le programme du Conseil National de la Résistance, voilà essentiellement le projet de la Macronie.

Face à l’alerte, donnée notamment par les députés communistes et insoumis, le Premier ministre Édouard Philippe et le député Richard Ferrand, président du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale, ont finalement fait volte face en demandant aux députés ce 5 juillet de « refaire la copie afin que ne subsiste pas de malentendu [2] ».

Pourquoi il faut défendre la Sécurité Sociale ? (Ré)écoutez ce reportage de François Ruffin avec Michel Étiévent, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999) :

[REPORTAGE] Ambroise Croizat, vive la Sécu ! [10 février 2011]

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Marty : Révolution
- Jean Nocher : Nous allons au-devant de la vie
- Marianne Oswald d’après un poème de Jacques Prévert : La Grasse Matinée

Le journal L’Humanité a lancé une pétition : « La Sécurité sociale rayée de la Constitution : pour nous c’est NON ! »


Bande-annonce du film de Gilles PERRET "La Sociale" :

« La Sociale », bande-annonce du film de Gilles PERRET
par Là-bas si j'y suis

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.