La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution

Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais »

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

  • 01. De haute lutte

    - MP3 - 13.3 Mo

  • 02. Il avait apporté la dignité

    - MP3 - 9.6 Mo

  • 03. Au Capricorne, à côté de la gare de Notre-Dame-de-Briançon

    - MP3 - 9.5 Mo

  • 04. 1936 : la vie est à nous

    - MP3 - 17 Mo

  • 05. 1945 : le ministre du Travail

    - MP3 - 11.3 Mo

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Le fondateur de la Sécu nous prévenait déjà : « ne parlez pas d’acquis, en face le patronat ne désarme jamais. »

Hier, mercredi 4 juillet, les députés La République En Marche (arrière) ont voté en commission des lois la suppression de la mention « Sécurité Sociale » dans la Constitution, pour la remplacer par « protection sociale [1] ». Les mots sont importants : derrière ce tour de passe-passe sémantique, il s’agit d’enterrer le principe universel de redistribution inscrit dans nos institutions depuis 1945. En finir avec le programme du Conseil National de la Résistance, voilà essentiellement le projet de la Macronie.

Face à l’alerte, donnée notamment par les députés communistes et insoumis, le Premier ministre Édouard Philippe et le député Richard Ferrand, président du groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale, ont finalement fait volte face en demandant aux députés ce 5 juillet de « refaire la copie afin que ne subsiste pas de malentendu [2] ».

Pourquoi il faut défendre la Sécurité Sociale ? (Ré)écoutez ce reportage de François Ruffin avec Michel Étiévent, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999) :

[REPORTAGE] Ambroise Croizat, vive la Sécu ! [10 février 2011]

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Marty : Révolution
- Jean Nocher : Nous allons au-devant de la vie
- Marianne Oswald d’après un poème de Jacques Prévert : La Grasse Matinée

Le journal L’Humanité a lancé une pétition : « La Sécurité sociale rayée de la Constitution : pour nous c’est NON ! »


Bande-annonce du film de Gilles PERRET "La Sociale" :

« La Sociale », bande-annonce du film de Gilles PERRET
par Là-bas si j'y suis

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Qui sont ces gilets jaunes ? Que veulent-ils au juste ? Jusqu’où iront-ils ? Et bien, venez leur poser la question ! Le Café repaire d’Angers vous invite à venir les rencontrer mardi 26 mars.

  • Laurent et Oliv’, deux beaux perdreaux matures rebelles, en manque de "repaires" dans leurs Yvelines verdoyantes, se lancent dans la crétaion d’un repaire. Pour ce faire on vous propose un premier rendez-vous pour faire connaissance, l’état des lieux et des envies de cette nouvelle aventure, ça ce (...)

  • Café repère du 20ème ! En général, pas de thème défini, chacun vient avec ses propositions et l’envie d’échanger et de partager. Pour celles et ceux qui le souhaitent la soirée se prolonge autour d’une bonne table !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien de Daniel Mermet avec Daniel Bensaïd (2009) Daniel Bensaïd : Marx, mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

« À la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. » Telle fut l’utopie de Marx et Engels, une utopie toujours partagée par des millions de femmes et d’hommes, mais une utopie qui fut souvent récupérée, détournée et pervertie. Maintes fois jeté dans les poubelles de l’histoire, Marx revient aujourd’hui dans la lutte contre la violence capitaliste. Le bicentenaire de sa naissance fournit l’occasion de (ré)écouter ces deux émissions de 2009 avec Daniel Bensaïd, auteur de Marx, mode d’emploi, avec des illustrations de Charb (La Découverte, 2009).

Les prisons sont pleines mais elles sont vides de sens. Un rapport sur l’horreur carcérale PRISON, t’es moins qu’un rat AbonnésVoir

Le

On marche dans la merde de rat dans la prison, il y en a partout, on est bouffé par les poux et les punaises de lits, la bouffe est pourrie, on est neuf par cellule, on se fait cogner par les surveillants.

Cette fois, c’est la prison de Fresnes qui fait l’objet d’un rapport explosif. Nous recevons Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, et Yoan Karar, surveillant membre du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE.

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.