En hommage à Michel Étiévent, un reportage de François Ruffin sur Ambroise Croizat. Radio. PODCAST

AMBROISE CROIZAT ET MICHEL ÉTIÉVENT

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le 17 février 1951, plusieurs centaines de milliers de personnes acccompagnent le cercueil d’Ambroise Croizat de la Maison des métallurigistes jusqu’au cimetière du Père-Lachaise

[RADIO] Ambroise Croizat et Michel Étiévent [10 février 2011]

Vous connaissez mieux le premier nom que le second. Pourtant, c’est lui, Michel Étiévent, qui a contribué à faire connaître Ambroise Croizat, le père de la sécurité sociale.

C’était il y a dix ans, un reportage d’un certain Francois Ruffin faisait découvrir Croizat aux auditeurs de Là-bas. Oui, découvrir. Le nom d’Ambroise Croizat ne figurait ni dans les dictionnaires, ni dans la plupart des mémoires. Il faut dire qu’il avait le tort d’être communiste, et d’avoir mis en place le régime de la Sécu et une série de protections sociales quand il était ministre du Travail entre 1945 et 1947. Une brèche inadmissible que certains s’efforcent de colmater depuis avec un certain entêtement.

Michel Étiévent a publié Ambroise Croizat, ou l’invention sociale ; suivi de lettres de prisons, 1939-1941 en 1999. Il est mort le 12 octobre dernier.

En 1999, avec son livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale, Michel Étiévent, journaliste et historien, allait faire connaître Croizat. Notre émission en 2011 fut un succès et une grande découverte pour beaucoup. Cinq ans plus tard, en 2016, avec son documentaire La Sociale, Gilles Perret touchait un très grand public.

Nous avons trois raisons de vous proposer cette émission aujourd’hui :

- rappeler Ambroise Croizat et l’urgence de défendre nos conquis sociaux

- ajouter un volet à la chronique d’Olivier Besancenot sur la Sécu

- et avant tout, rendre hommage à la mémoire de Michel Étiévent, mort brusquement le 12 octobre dernier, journaliste, historien, militant communiste. L’entendre dans ce reportage est un formidable encouragement pour tous, face aux nuages noirs qui s’amoncellent. « Ne parlez pas d’acquis. En face, le patronat ne désarme jamais. »

D.M.

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Marty : Révolution
- Jean Nocher et les Jeunes Équipes Unies pour une Nouvelle Économie Sociale (J.E.U.N.E.S.) : Au-devant de la vie

reportage : François Ruffin
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Khỏi Nguyen et Franck Haderer

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

- Michel Étiévent, Ambroise Croizat, ou l’invention sociale ; suivi de lettres de prisons, 1939-1941, Gap, La Ravoire, 1999

- Gilles Perret, La Sociale, 2016, France, 1h24

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

08 mars : Journée internationale des droits des femmes Thérèse Clerc, les derniers jours Accès libreÉcouter

Le

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.