En hommage à Michel Étiévent, un reportage de François Ruffin sur Ambroise Croizat. Radio. PODCAST

AMBROISE CROIZAT ET MICHEL ÉTIÉVENT

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le 17 février 1951, plusieurs centaines de milliers de personnes acccompagnent le cercueil d’Ambroise Croizat de la Maison des métallurigistes jusqu’au cimetière du Père-Lachaise

[RADIO] Ambroise Croizat et Michel Étiévent [10 février 2011]
Vous connaissez mieux le premier nom que le second. Pourtant, c’est lui, Michel Étiévent, qui a contribué à faire connaître Ambroise Croizat, le père de la sécurité sociale. C’était il y a dix ans, un reportage d’un certain Francois Ruffin faisait découvrir Croizat aux auditeurs de Là-bas.

Vous connaissez mieux le premier nom que le second. Pourtant, c’est lui, Michel Étiévent, qui a contribué à faire connaître Ambroise Croizat, le père de la sécurité sociale.

C’était il y a dix ans, un reportage d’un certain Francois Ruffin faisait découvrir Croizat aux auditeurs de Là-bas. Oui, découvrir. Le nom d’Ambroise Croizat ne figurait ni dans les dictionnaires, ni dans la plupart des mémoires. Il faut dire qu’il avait le tort d’être communiste, et d’avoir mis en place le régime de la Sécu et une série de protections sociales quand il était ministre du Travail entre 1945 et 1947. Une brèche inadmissible que certains s’efforcent de colmater depuis avec un certain entêtement.

Michel Étiévent a publié Ambroise Croizat, ou l’invention sociale ; suivi de lettres de prisons, 1939-1941 en 1999. Il est mort le 12 octobre dernier.

En 1999, avec son livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale, Michel Étiévent, journaliste et historien, allait faire connaître Croizat. Notre émission en 2011 fut un succès et une grande découverte pour beaucoup. Cinq ans plus tard, en 2016, avec son documentaire La Sociale, Gilles Perret touchait un très grand public.

Nous avons trois raisons de vous proposer cette émission aujourd’hui :

 rappeler Ambroise Croizat et l’urgence de défendre nos conquis sociaux

 ajouter un volet à la chronique d’Olivier Besancenot sur la Sécu

 et avant tout, rendre hommage à la mémoire de Michel Étiévent, mort brusquement le 12 octobre dernier, journaliste, historien, militant communiste. L’entendre dans ce reportage est un formidable encouragement pour tous, face aux nuages noirs qui s’amoncellent. « Ne parlez pas d’acquis. En face, le patronat ne désarme jamais. »

D.M.

Programmation musicale :
 Jean Ferrat : Camarade
 Marty : Révolution
 Jean Nocher et les Jeunes Équipes Unies pour une Nouvelle Économie Sociale (J.E.U.N.E.S.) : Au-devant de la vie

reportage : François Ruffin
journaliste : Daniel Mermet
réalisation : Khỏi Nguyen et Franck Haderer

Voir aussi

 Michel Étiévent, Ambroise Croizat, ou l’invention sociale ; suivi de lettres de prisons, 1939-1941, Gap, La Ravoire, 1999

 Gilles Perret, La Sociale, 2016, France, 1h24

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !