Hommage à Jean Ferrat

Ah, qu’il vienne au moins le temps des cerises !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

<i>(dessin : Daniel Mermet)</i>
13 mars 2010. Sept ans déjà mais vous n’avez pas oublié Jean Ferrat. « J’en parle toujours au présent », dit Christiane. Prenez le temps d’écouter ou de réécouter notre émission hommage du 15 mars 2010. L’une des plus écoutées de l’histoire de LÀ-BAS.
Nous avons reçu des centaines de messages à la suite de cette émission. L’un des plus beaux était celui d’un auditeur, un maçon retraité, qui se souvenait de la première fois où il avait entendu Ferrat chantant Aragon, « Que serais-je sans toi, qui vins à ma rencontre / Que serais-je sans toi qu’un cœur au bois dormant… »
C’était sur un chantier, le transistor posé sur un coin d’échafaudage.
« Qu’une aiguille arrêtée au cadran de la montre / Que serais-je sans toi que ce bal du ciment »
Oui, voilà ce qu’il avait compris, le bal du ciment…
Et ça lui parlait, et ça lui plaisait à ce jeune maçon tout ému.

Et aussi merci à Christiane pour son message laissé en 2015 !

Hier, 15 mars 2015, mon mari et moi avons écouté Jean FERRAT avec un PLAISIR et une ÉMOTION IMMENSES. Nous avons presque tous ses disques ! C’est un GRAND dans son domaine, comme Coluche l’est dans le sien ! J’en parle toujours au présent car pour moi (nous), ces deux-là ne mourront jamais ! Leur humanité, leur intelligence du cœur en font et en feront TOUJOURS nos compagnons de route au quotidien, surtout en cette période de troubles économiques et sociaux graves.

Après Nuit et brouillard, Potemkine nous donne l’ESPOIR que l’on PEUT et l’on DOIT dire « NON » quand le pire nous attend. Ma France illustre également très bien les vraies valeurs de notre pays et La Porte à droite décrit point par point ce que nous sommes en train de vivre !!!

Mais pour rester optimiste et positiver, je dirais, comme Jean FERRAT, que la Femme est l’Avenir de l’Homme (je ne parle pas de Marine ni de quelques autres, à droite) et, pour aujourd’hui, je terminerai mon message par C’est beau la Vie que chantait si bien notre cher Jean !

Christiane

Un hommage à Jean Ferrat, diffusé pour la première fois le 15 mars 2010 :

[RADIO] Hommage à Jean Ferrat [15 mars 2010]

Programmation musicale :
- Jean Ferrat : Camarade
- Jean Ferrat : Ma môme
- Jean Ferrat : Nuit et brouillard
- Jean Ferrat : Que serais-je sans toi
- Jean Ferrat : Pauvres petits c…
- Jean Ferrat : Les jeunes imbéciles
- Jean Ferrat : Le bilan
- Jean Ferrat : 17 ans
- Jean Ferrat : Un air de liberté
- Jean Ferrat : La porte à droite
- Jean Ferrat : Les cerisiers


Pauline BOULET attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

présentation : Daniel MERMET
réalisation : Khỏi NGUYEN et Raphaël MOUTERDE

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.