CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (4) | Podcast et belles images

À Venise avec Giorgio Baffo, et des révélations sur le monde d’après avec Albert Dubout

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Giorgio Baffo : « en bonne chrétienne, offrez votre cul »

Aujourd’hui, nous voilà à Venise, au XVIIIe siècle, sur les pas de Giorgio Baffo, magistrat, sénateur et poète d’une obscénité foisonnante et revigorante, et dont les textes, qui défiaient les inquisiteurs de la République, faisaient la joie de ses contemporains dans les cafés et les bars à vin de Venise, au temps des masques, au temps de Goldoni et de Casanova.

Voici ce qu’en disait Guillaume Apollinaire : « Baffo, ce fameux vérolé, surnommé l’obscène, que l’on peut regarder comme le plus grand poète priapique qui ait jamais existé et en même temps comme l’un des poètes les plus lyriques du XVIIIe siècle, écrivait dans ce patois vénitien qu’ont illustré un grand nombre d’ouvrages remarquables dans tous les genres. (…) Giorgio Baffo naquit à Venise en 1694 et y mourut en 1768, âgé de soixante-quatorze ans. Il était le dernier représentant d’une vieille famille patricienne qui avait fourni une sultane aux Ottomans. (…) Les poèmes de Baffo ne parurent pas de son vivant. Trois ans après sa mort, ses amis firent paraître un recueil qui contenait près de deux cents pièces. [1] »

DAMES, CROYEZ-VOUS ?

Donne credeu che sol pissar
La mona v’abbia fatto la natura ?
La ve l’ha fatta, perché el mondo dura
Facendove dai omeni chiavar.
Ogni qualvolta la volè salvar,
e che ghe mettè su la serratura,
che vu fè un gran peccà mi go paura,
per el qual v’abbiè el culo da brusar.
Tiolelo ancuo piuttosto che diman,
che oltre che gavarè sto bel sollazzo,
farè un’opera bona da Cristian.
Perché, sappiè, che come è fatto el giazzo
Per renfrescarne, e per magnar el pan,
cussì la mona è fatta per el cazzo.

Dames, croyez-vous que ce soit seulement pour pisser
Que la nature vous a doté d’une chatte ?
Elle vous l’a donnée pour que le monde survive
En vous faisant baiser par les hommes.
Chaque fois que vous la voulez sauver
En refusant son accès
Vous commettez un grand péché qui me fait peur.
Le cul doit vous brûler.
Offrez le aujourd’hui plutôt que demain
Parce que c’est non seulement donner un grand plaisir
Mais aussi faire œuvre de bonne chrétienne.
Parce que de même, que la glace est faite
Pour rafraîchir, le pain pour ôter la faim,
La chatte est faite pour la bite.

Giorgio Baffo

[RADIO] À Venise avec Giorgio Baffo [29 mai 1997]

Programmation musicale :
- Antonio Vivaldi : L’incoronazione di Dario
- Giovanni Battista Guarini : Cor mio, deh, non languire

journalistes : Daniel Mermet, Thierry Scharf, avec Lorenzo Giapparidze et Monica Fantini
réalisation : Antoine Chao et Khỏi Nguyen

LA VERITÉ SUR LE « MONDE D’APRÈS » DÉVOILÉE PAR L’ILLUSTRE ILLUSTRATEUR DE LA SEMAINE

Je n’aimerais pas tomber sur un vieux numéro d’ICI PARIS de quand j’étais gamin. J’aurais peur de trouver les dessins humoristiques pas très marrants et les idées plutôt poussives. Chaque semaine pourtant, on l’attendait, ce journal, et on rigolait en revenant du marché devant les dessins de Bellus, de Tetsu, de Jacques Faizant et des autres. La une, c’était que des dessins encadrés d’un trait rouge. Les passants s’arrêtaient devant le kiosque à journaux de la gare et on se marrait sans malice. Mais la malice nous a gagnés, on ne rigole plus pareil, il nous faut du fond, il nous faut du style, il nous faut du bon mauvais goût. Je n’aurais pas honte d’avoir aimé tout ça, mais je dirais qu’on a tourné la page. Sauf Dubout. Le rire de Dubout n’a pas vieilli. Albert Dubout, le plus poilant, le plus imaginatif, le plus habile, le plus intarissable et le plus populaire. Avec ses « grosses cocasseries burlesques », comme disait je ne sais plus qui, son dessin occupait la une chaque semaine. Que du rire, que du bonheur ! « S’envoleront vos soucis, si vous lisez ICI PARIS ! »

Albert Dubout (1905-1976) a laissé une œuvre énorme, proliférante, toujours savourée aujourd’hui, avec même un musée qui lui est consacré à Palavas-les-Flots. Il a aussi une œuvre peinte, très différente du reste, des dizaines de peintures superbes et profondes. Et pourquoi Dubout cette semaine ? Pour ces quelques dessins qui décrivent très précisément à quoi va ressembler notre vie d’après, oui, en ce premier jour de printemps nous vous révélons ce qui nous attend au bout du tunnel

LÀ-BAS

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Guillaume Apollinaire, Les Diables amoureux, Gallimard, 1964.

Voir aussi

-  Régis Debray, Contre Venise, 1995, Gallimard, Paris

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.