Reportage [PODCAST : 15’50 ]

À la sortie de la prison de Fresnes, avec ceux qui passent d’un confinement à un autre

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement


Aux États-Unis, avec 2,2 millions de détenus, les prisons qui sont les plus peuplées au monde constituent de formidables incubateurs pour le virus. Des milliers de détenus ont été brusquement libérés, beaucoup se retrouvant dehors, entièrement démunis et hébétés, dans un pays à l’arrêt. Une situation concerne les 11 millions de détenus au total à travers le monde.

En France c’est à ce jour près de 10 000 détenus (9 923) qui ont été libérés depuis le 16 mars. Le peu gauchiste Jacques Toubon, Défenseur des Droits, tout comme Adeline Hazan, contrôleuse générale des lieux de privatisation des libertés, demandent des libérations en nombre beaucoup plus important pour limiter la contagion. Les avocats de la Conférence des Avocats du Barreau de Paris dénoncent « une prison machine à tuer » et demandent « la libération massive des détenus ».

Mais à quoi ressemble la vie - ou la survie - à l’intérieur ?

 Reportage à la sortie de la prison de Fresnes [PODCAST 15’50]

Saïd, 23 ans.

Saïd, à la sortie de Fresnes

« On était trois dans neuf mètres carrés »

"On était trois dans 9m2"

journalistes : Dillah Teibi et Taha Bouhafs

Sur notre site

À écouter

    Reportages : En France comme dans le monde, avec le virus, les prisons sont des machines à tuer [PODCAST 15’50 et VIDÉO 7’57]

    PRISONS, VERS LA MUTINERIE GÉNÉRALE ? Accès libre

    Écouter
    Depuis plus d’un mois, la panique a gagné les prisons et partout la révolte gronde. Le pouvoir redoute une mutinerie générale.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !