Un reportage vidéo de Dillah Teibi et Kévin Accart

ZAD, ensemble ou séparément ? Abonnés

1

Le

Il a fallu 11 000 grenades en dix jours, 2 500 gardes mobiles, des drones, des blindés, une ardoise quotidienne de 300 000 euros, 272 blessés dont dix graves, et 29 squats détruits pour que Macron et son monde découvrent que cogner est le plus sûr moyen de renforcer profondément la révolte. La ZAD, c’est vraiment la guerre des idées, la guerre de l’individuel contre le collectif. Vendredi, les zadistes ont fait des concessions pour éviter l’escalade. Ultimatum, lundi 23 avril. Macron va-t-il renvoyer ses blindés écraser les grenouilles ?

Un reportage vidéo de Dillah Teibi et Kévin Accart.

Incompétence ou acharnement idéologique ? Le néolibéralisme du président des riches, c’est le chacun pour soi, le chacun chez soi, le cas par cas, la guerre de tous contre tous. C’est le monde que nous combattons et ça ne date pas d’hier. C’est la guerre de l’individuel contre le collectif, c’est la guerre du privé contre l’intérêt général, c’est la guerre de la propriété contre le partage, la solidarité, la redistribution. Macron envoie des militaires contre des idées. Des idées très anciennes, mais pas seulement des idées, des pratiques, celles qui opposent le droit d’usage contre la logique propriétaire, que ce soit la logique de la propriété de l’État ou la logique de la propriété privée.

« On veut pas être propriétaires, on veut le droit d’usage. » C’est cette idée que Macron fait gazer. C’est l’idée du Larzac, des terres concédées par l’État à une coopérative qui en gère l’usage. Si la ZAD a repoussé l’aéroport, si la ZAD tient tête, c’est que ce n’est pas seulement une lutte défensive, c’est une profonde offensive qui prend racine dans la mémoire de la terre : usage ou propriété ?

Vendredi 20 avril, une délégation d’occupants de la ZAD a déposé à la préfecture de Loire-Atlantique une quarantaine de projets nominatifs comme le demandait le gouvernement. Mais rien n’est réglé. La préfète Nicole Klein a déclaré que cette démarche des zadistes ne leur donnait aucun droit. 28 projets sont agricoles et vont être évalués ce lundi à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire.

Les occupants de la ZAD ont réaffirmé « que ce qui se vit sur la ZAD ne peut être découpé, morcelé, que notre projet de vie, à l’inverse de l’individualisme libéral prôné par Macron, est collectif. » C’est pourquoi ils ont publié un schéma explicatif des interdépendances entre projets pour laisser voir la complexité des liens entre eux [1] :


Pour un projet coopératif d’avenir qui respecterait le bien commun et la biodiversité et permettrait une désescalade à Notre-Dame-des-Landes

Un ensemble de personnalités s’adressent au gouvernement français et au
mouvement qui défend la ZAD pour un arrêt des expulsions et un
accompagnement dans un projet d’avenir coopératif. Nous reproduisons ci-dessous leur communication envoyée par courrier hier soir mardi 24 avril au premier ministre et au mouvement, ainsi que la liste des signataires.

Proposition adressée au gouvernement français et au mouvement qui défend la ZAD :

Après deux semaines de la plus grande intervention policière en France
depuis 1968, nous sommes très inquiet.es devant la tournure que prend la
situation à Notre-Dame-des-Landes.

Nous saluons la démarche de la délégation constituée des différentes
composantes du mouvement qui s’est rendue vendredi 20 avril à la
préfecture à Nantes munie d’un dossier qui décrit en détail leur vision
pour l’avenir des terres qui ont été travaillées ces dernières années
par les occupant.es. Ce dossier comprend un ensemble de fiches
nominatives qui concernent les divers projets existants ou en
construction sur la ZAD.

Malgré ce geste du mouvement envers le gouvernement, rien n’assure pour
l’instant que le gouvernement ne relance pas de nouvelles expulsions des
lieux de vie et des fermes, avec le risque d’une nouvelle escalade de la
violence.

En tant que chercheur.ses, expert.es, praticien.nes ou observateur.trices du monde agricole et rural, nous nous tenons prêt.es
à former un Comité d’Accompagnement et de Conseil qui suivrait à long
terme le projet d’avenir qui a été proposé le 20 avril aux autorités
françaises.

Nous adressons un appel solennel au gouvernement français pour qu’il
accorde tout le temps nécessaire à la mise en place sereine de cette
démarche coopérative et pour qu’il respecte la volonté des occupants
d’assurer le meilleur avenir possible pour ce territoire dans le sens du
bien commun.

Premiers signataires :

  • Jean-Pierre Berlan, agronome, ancien directeur de recherche à l’INRA
  • Jean-François Berthellot, paysan boulanger, formateur, administrateur du Réseau Semences-Paysanne
  • Christophe Bonneuil, historien des sciences, chargé de recherche au CNRS
  • Philippe Boudes, Sociologue, Agrocampus Ouest et CNRS Espaces et
    Sociétés
  • Philippe Cacciabue, ingénieur agronome, ancien directeur de la Foncière Terre de Liens
  • Philippe Canal, secrétaire général SNUPFEN, principal syndicat à
    l’Office National des Forêts
  • Madeleine Charru, ingénieur agro-économiste, Directrice Solagro, Vice-Présidente Réseau pour la transition énergétique
  • Marie-Thérèse Chaupin, coordinatrice réseau ATELIER-Laines d’Europe
  • Gilles Clément, jardinier, botaniste, écrivain
  • Catherine Darrot, maître de conférence en sociologie rurale, Agrocampus Ouest
  • Olivier de Schutter, Professeur de droit international, Université Catholique de Louvain, Co-Président International Panel of Experts on Sustainable Food Systems, ancien Rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation
  • Gaëtan du Bus, ingénieur forestier indépendant, initiateur du Réseau
    pour les Alternatives Forestières
  • Marc Dufumier, agronome, enseignant-chercheur, AgroParisTech
  • Eve Fouilleux, Directrice de recherche CNRS, Chercheure associée à MOISA et au Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD)
  • Jean-Louis Gueydon, Président, Fondation pour une Terre Humaine
  • Francis Hallé, botaniste, biologiste, écrivain passionné des arbres
  • François Jarrige, historien, Mcf Université de Bourgogne
  • Paul Lannoye, docteur en sciences physiques, président du Grappe Belgique, ancien président du Groupe Vert au Parlement Européen
  • Annie Le Fur, ingénieure agronome, formatrice en gestion non violenté
    des conflits
  • Pierre Lieutaghi, écrivain, ethnobotaniste, attaché au Muséum national
    d’histoire naturelle
  • Michel Merlet, ingénieur agronome, directeur AGTER (Association pour
    contribuer à l’Amélioration de la Terre, de l’Eau et des Ressources Naturelles)
  • Kevin Morel, chercheur en agroécologie, spécialiste de la viabilité des fermes maraîchères biologiques et de la permaculture, Université Catholique de Louvain
  • Christian Mouchet, Agronome, Professeur émérite d’économie rurale à
    Agrocampus-Ouest
  • Paul Polis, vétérinaire homéopathe, GIE Zone Verte
  • Michèle Riot-Sarcey, historienne, auteur de "Le réel de l’utopie"
  • Marie-Monique Robin, journaliste d’investigation, réalisatrice et écrivaine
  • Geneviève Savigny, paysanne-syndicaliste, membre Comité Économique et Social Européen
  • Yannick Sencébé, sociologue, Agrosup Dijon-Inra
  • Vandana Shiva, directrice, Research Foundation for Science, Technology
    and Natural Resource Policy, India
  • Ruchi Shroff, directrice, Navdanya International, Rome
  • Ruth Stegassy, journaliste, réalisatrice de l’émission Terre à Terre,
    France Culture
  • Gianni Tamino, Professeur Emerite de biologie, Université de Padoue,
    ancien député européen
  • Thierry Thévenin, paysan-herboriste, Herbes en Vie, réseau Simples
  • Aurélie Trouvé, agronome, enseignante chercheuse en économie,
    AgroParisTech
  • Sjoerd Wartena, ancien président Terre de Liens, agriculteur retraité
  • Albert Widmer, co-fondateur Coopérative Européenne Longo maï, berger, éleveur ovin
  • Jean Ziegler, professeur de sociologie, Université Genève, auteur, ancien Rapporteur spécial auprès l’ONU sur le droit à l’alimentation, Vice-Président Comité consultatif du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi et Kévin Accart
mixage : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1« Retour de la rencontre avec la Préf ce vendredi 20 avril », Zone À Défendre, vendredi 20 avril 2018.

Dossier : Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :

Voir le dossier

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Il y a dix ans, Zinn nous quittait Howard Zinn (1922-2010) Accès libre

    -

    Voir

    « Je veux qu’on se souvienne de moi comme quelqu’un qui a donné aux gens des sentiments d’espoir et de pouvoir qu’ils n’avaient pas avant. » Howard Zinn est parti il y a dix ans aujourd’hui. Historien populaire et engagé, il a changé le regard des Américains sur eux-mêmes, tout le contraire des clichés que la propagande nous a infligés si profondément de ce côté-ci de l’Atlantique. Jusqu’à la fin du mois, vous pouvez voir notre film Howard Zinn, une histoire populaire américaine (1). Nous travaillons à la réalisation de la deuxième partie, en voici un extrait, en hommage à celui qui aimait répéter : « tu ne peux pas être neutre dans un train en marche. »

  • Daniel MERMET avec Olivier BESANCENOT BESANCENOT, BENSAÏD, RÉSISTANCE, ESPÉRANCE Abonnés

    -

    Voir

    Disparu il y a dix ans, le philosophe et militant, Daniel Bensaïd laisse une œuvre toujours utile aujourd’hui, pour celles et ceux qui ne se contentent pas du monde tel qu’il est mais qui n’osent à peine imaginer ce que l’on pourrait en faire. Comment passer de la résistance à l’espérance ? Comment renouer avec le fil de l’histoire progressiste rompu par la catastrophe stalinienne ? Comment trouver des braises dans les cendres des grands échecs ? Ami proche de Bensaïd et de ses idées, Olivier BESANCENOT nous en donne un mode d’emploi pour aujourd’hui.

  • Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (épisode 05) Daniel Bensaïd, fragments mécréants Accès libre

    -

    Écouter

    Suite de notre hommage à Daniel Bensaïd, disparu il y a juste dix ans, le 12 janvier 2010. En 2005, avec « Fragments mécréants », il analyse la fragmentation de notre société en autant d’ilots rivaux selon des critères identitaires, religieux, communautaires ou victimaires. Cette désintégration sous la pression des politiques néo-libérales remet en cause l’intégration républicaine et détruit les solidarités de classe sauf du côté de l’oligarchie où l’on sait s’entraider avec élégance et discrétion.

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte prend un cours de syndicalisme policier Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné qui, tel ton serviteur, détestes au plus haut point l’arbitraire et son alliée de toujours, la violence, tu apprécieras sûrement d’apprendre que le journaliste citoyen David Dufresne n’est plus seul à dénoncer avec une légitime indignation la multiplication des bavures policières. Depuis quelques semaines, il a été rejoint dans son juste combat par un certain Emmanuel Macron, qui en connaît un rayon en matière de bavures, puisque c’est lui-même qui, pendant plus d’un an, a demandé à son ministre de l’Intérieur, le très rustique Christophe Castaner, d’autoriser ses forces de l’ordre à se faire franchement plaisir pendant les manifs, en donnant libre cours à leur imagination et leur créativité spontanée dans les domaines de la création d’hématomes, de l’énucléation à distance et de l’arrachage de métacarpe sans anesthésie.

  • Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI ! MERCI !… Accès libre

    -

    Lire

    MERCI POUR CETTE SUPERBE FÊTE MODESTE ET GÉNIALE POUR LES TRENTE ANS DE LÀ-BAS. NOUS VOILÀ REGONFLÉS À BLOC POUR LES CASTAGNES À VENIR, COMME POUR LES BAISERS DANS L’HERBE TENDRE. Des grands moments avec Mathilde LARRÈRE, François RUFFIN, Olivier BESANCENOT, Corinne MASIERO, Jean-Luc MÉLENCHON, Gérard FILOCHE, les MOTIVÉS, les MOLOTOV BROTHERS, Roch HAVET et GUILLAUME et d’autres encore, mais surtout SÉVERINE et son compagnon MANU, « gilet jaune » avec un bandeau noir sur son œil arraché par un tir dans une manif, sur ordre de la bande à Macron.

  • Derrière la fashion week Le monde merveilleux de la mode Abonnés

    -

    Voir

    Chouette, c’ est la fashion week ! Du 20 au 23 janvier c’est la mode femme, venez vite refaire votre look. Ne dites pas que vous n’en rêvez pas. Rien qu’en France, le chiffre d’affaires annuel de la mode c’est plus de 150 milliards d’euros, soit plus que l’aviation et l’automobile réunis. Glamour, rêve et passion, des milliers de jeunes rêvent de faire mannequin. 10 000 chaque année se présentent au concours de l’agence Elite. Très peu réussiront. Et dans quelles conditions ? Il y a les stars, mais les autres sont beaucoup moins bien payés, voire pas payés du tout. Mais malheur à quiconque vendra la mèche. Malgré l’omerta, quelques-unes et quelques-uns osent se défendre et parler.

  • Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie Abonnés

    -

    Écouter

    « Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.

  • Quand le méprisant de la République va au théâtre TAHA LIBRE ! Mais l’enquête se poursuit… Accès libre

    -

    Voir

    Le dangereux militant TAHA BOUHAFS, qui se fait passer pour un simple journaliste, a été remis en liberté après sa détention en garde à vue. La veille, il avait organisé un attentat contre le chef de l’État, qui heureusement a échoué grâce au courage et sang-froid de notre police. Il a été fanatiquement accueilli par des militants violents (certains étant d’aspect musulman). Et bien sûr, l’équipe de LÀ-BAS SI J’Y SUIS était là !

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte Hebdo : la 100e ! Abonnés

    -

    Voir

    Il n’a pas dû t’échapper, ami abonné, que dès qu’on associe le mot « politique » à « police » ou « sécurité », tout de suite on se dit qu’il y a une embrouille dans le sous-texte, une arrière-pensée qui pointe le bout de son nez, une manip qui rode, une intention, pas forcément bonne, qui se balade ou une de ces intox dont la maison poulaga est friande. Je ne te cacherai pas que lorsque j’ai vu et surtout entendu l’exécutif opérer un virage à 180 degrés, en dénonçant du jour au lendemain la toxicité pour la démocratie du déchaînement de violence policière que lui-même avait suscité puis encouragé au cours de ces derniers mois, j’ai eu la nette impression que cette volte-face était prévue depuis plusieurs mois, dans la perspective des municipales ; bof, j’ai sûrement tort.

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.