Un reportage vidéo de Dillah Teibi et Kévin Accart

ZAD, ensemble ou séparément ? Abonnés

Le

Il a fallu 11 000 grenades en dix jours, 2 500 gardes mobiles, des drones, des blindés, une ardoise quotidienne de 300 000 euros, 272 blessés dont dix graves, et 29 squats détruits pour que Macron et son monde découvrent que cogner est le plus sûr moyen de renforcer profondément la révolte. La ZAD, c’est vraiment la guerre des idées, la guerre de l’individuel contre le collectif. Vendredi, les zadistes ont fait des concessions pour éviter l’escalade. Ultimatum, lundi 23 avril. Macron va-t-il renvoyer ses blindés écraser les grenouilles ?

Un reportage vidéo de Dillah Teibi et Kévin Accart.

Incompétence ou acharnement idéologique ? Le néolibéralisme du président des riches, c’est le chacun pour soi, le chacun chez soi, le cas par cas, la guerre de tous contre tous. C’est le monde que nous combattons et ça ne date pas d’hier. C’est la guerre de l’individuel contre le collectif, c’est la guerre du privé contre l’intérêt général, c’est la guerre de la propriété contre le partage, la solidarité, la redistribution. Macron envoie des militaires contre des idées. Des idées très anciennes, mais pas seulement des idées, des pratiques, celles qui opposent le droit d’usage contre la logique propriétaire, que ce soit la logique de la propriété de l’État ou la logique de la propriété privée.

« On veut pas être propriétaires, on veut le droit d’usage. » C’est cette idée que Macron fait gazer. C’est l’idée du Larzac, des terres concédées par l’État à une coopérative qui en gère l’usage. Si la ZAD a repoussé l’aéroport, si la ZAD tient tête, c’est que ce n’est pas seulement une lutte défensive, c’est une profonde offensive qui prend racine dans la mémoire de la terre : usage ou propriété ?

Vendredi 20 avril, une délégation d’occupants de la ZAD a déposé à la préfecture de Loire-Atlantique une quarantaine de projets nominatifs comme le demandait le gouvernement. Mais rien n’est réglé. La préfète Nicole Klein a déclaré que cette démarche des zadistes ne leur donnait aucun droit. 28 projets sont agricoles et vont être évalués ce lundi à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire.

Les occupants de la ZAD ont réaffirmé « que ce qui se vit sur la ZAD ne peut être découpé, morcelé, que notre projet de vie, à l’inverse de l’individualisme libéral prôné par Macron, est collectif. » C’est pourquoi ils ont publié un schéma explicatif des interdépendances entre projets pour laisser voir la complexité des liens entre eux [1] :


Pour un projet coopératif d’avenir qui respecterait le bien commun et la biodiversité et permettrait une désescalade à Notre-Dame-des-Landes

Un ensemble de personnalités s’adressent au gouvernement français et au
mouvement qui défend la ZAD pour un arrêt des expulsions et un
accompagnement dans un projet d’avenir coopératif. Nous reproduisons ci-dessous leur communication envoyée par courrier hier soir mardi 24 avril au premier ministre et au mouvement, ainsi que la liste des signataires.

Proposition adressée au gouvernement français et au mouvement qui défend la ZAD :

Après deux semaines de la plus grande intervention policière en France
depuis 1968, nous sommes très inquiet.es devant la tournure que prend la
situation à Notre-Dame-des-Landes.

Nous saluons la démarche de la délégation constituée des différentes
composantes du mouvement qui s’est rendue vendredi 20 avril à la
préfecture à Nantes munie d’un dossier qui décrit en détail leur vision
pour l’avenir des terres qui ont été travaillées ces dernières années
par les occupant.es. Ce dossier comprend un ensemble de fiches
nominatives qui concernent les divers projets existants ou en
construction sur la ZAD.

Malgré ce geste du mouvement envers le gouvernement, rien n’assure pour
l’instant que le gouvernement ne relance pas de nouvelles expulsions des
lieux de vie et des fermes, avec le risque d’une nouvelle escalade de la
violence.

En tant que chercheur.ses, expert.es, praticien.nes ou observateur.trices du monde agricole et rural, nous nous tenons prêt.es
à former un Comité d’Accompagnement et de Conseil qui suivrait à long
terme le projet d’avenir qui a été proposé le 20 avril aux autorités
françaises.

Nous adressons un appel solennel au gouvernement français pour qu’il
accorde tout le temps nécessaire à la mise en place sereine de cette
démarche coopérative et pour qu’il respecte la volonté des occupants
d’assurer le meilleur avenir possible pour ce territoire dans le sens du
bien commun.

Premiers signataires :

  • Jean-Pierre Berlan, agronome, ancien directeur de recherche à l’INRA
  • Jean-François Berthellot, paysan boulanger, formateur, administrateur du Réseau Semences-Paysanne
  • Christophe Bonneuil, historien des sciences, chargé de recherche au CNRS
  • Philippe Boudes, Sociologue, Agrocampus Ouest et CNRS Espaces et
    Sociétés
  • Philippe Cacciabue, ingénieur agronome, ancien directeur de la Foncière Terre de Liens
  • Philippe Canal, secrétaire général SNUPFEN, principal syndicat à
    l’Office National des Forêts
  • Madeleine Charru, ingénieur agro-économiste, Directrice Solagro, Vice-Présidente Réseau pour la transition énergétique
  • Marie-Thérèse Chaupin, coordinatrice réseau ATELIER-Laines d’Europe
  • Gilles Clément, jardinier, botaniste, écrivain
  • Catherine Darrot, maître de conférence en sociologie rurale, Agrocampus Ouest
  • Olivier de Schutter, Professeur de droit international, Université Catholique de Louvain, Co-Président International Panel of Experts on Sustainable Food Systems, ancien Rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation
  • Gaëtan du Bus, ingénieur forestier indépendant, initiateur du Réseau
    pour les Alternatives Forestières
  • Marc Dufumier, agronome, enseignant-chercheur, AgroParisTech
  • Eve Fouilleux, Directrice de recherche CNRS, Chercheure associée à MOISA et au Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD)
  • Jean-Louis Gueydon, Président, Fondation pour une Terre Humaine
  • Francis Hallé, botaniste, biologiste, écrivain passionné des arbres
  • François Jarrige, historien, Mcf Université de Bourgogne
  • Paul Lannoye, docteur en sciences physiques, président du Grappe Belgique, ancien président du Groupe Vert au Parlement Européen
  • Annie Le Fur, ingénieure agronome, formatrice en gestion non violenté
    des conflits
  • Pierre Lieutaghi, écrivain, ethnobotaniste, attaché au Muséum national
    d’histoire naturelle
  • Michel Merlet, ingénieur agronome, directeur AGTER (Association pour
    contribuer à l’Amélioration de la Terre, de l’Eau et des Ressources Naturelles)
  • Kevin Morel, chercheur en agroécologie, spécialiste de la viabilité des fermes maraîchères biologiques et de la permaculture, Université Catholique de Louvain
  • Christian Mouchet, Agronome, Professeur émérite d’économie rurale à
    Agrocampus-Ouest
  • Paul Polis, vétérinaire homéopathe, GIE Zone Verte
  • Michèle Riot-Sarcey, historienne, auteur de "Le réel de l’utopie"
  • Marie-Monique Robin, journaliste d’investigation, réalisatrice et écrivaine
  • Geneviève Savigny, paysanne-syndicaliste, membre Comité Économique et Social Européen
  • Yannick Sencébé, sociologue, Agrosup Dijon-Inra
  • Vandana Shiva, directrice, Research Foundation for Science, Technology
    and Natural Resource Policy, India
  • Ruchi Shroff, directrice, Navdanya International, Rome
  • Ruth Stegassy, journaliste, réalisatrice de l’émission Terre à Terre,
    France Culture
  • Gianni Tamino, Professeur Emerite de biologie, Université de Padoue,
    ancien député européen
  • Thierry Thévenin, paysan-herboriste, Herbes en Vie, réseau Simples
  • Aurélie Trouvé, agronome, enseignante chercheuse en économie,
    AgroParisTech
  • Sjoerd Wartena, ancien président Terre de Liens, agriculteur retraité
  • Albert Widmer, co-fondateur Coopérative Européenne Longo maï, berger, éleveur ovin
  • Jean Ziegler, professeur de sociologie, Université Genève, auteur, ancien Rapporteur spécial auprès l’ONU sur le droit à l’alimentation, Vice-Président Comité consultatif du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

reportage : Dillah Teibi et Kévin Accart
mixage : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1« Retour de la rencontre avec la Préf ce vendredi 20 avril », Zone À Défendre, vendredi 20 avril 2018.

Dossier : Notre-Dame-des-Landes. Toutes nos émissions depuis 2012

À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre. Retrouvez notre dossier spécial ZAD, avec toutes nos émissions depuis 2012 :

Voir le dossier

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a pas envie de loler Abonnés

    -

    Voir

    Ami abonné, toi qui as roulé ta bosse dans le monde dit du travail, bourlingué de jobs en tafs, pratiqué mille boulots et connu tous les milieux, tu l’as forcément croisé au cours de tes pérégrinations professionnelles : je veux parler du « petit merdeux ». Le petit merdeux est jeune, parfois brillant, souvent bien né et beau gosse, presque toujours de sexe masculin et persuadé d’appartenir à une race de seigneurs, ce qui, croit-il, l’autorise à faire chier ses contemporains en toute impunité. Et au final, quand on lui appuie sur le nez, il en coule du jus de fraise Tagada !

  • Quand un auditeur analyse les infos Pour France Inter, « gilets jaunes » et antisémitisme ne font qu’un Abonnés

    -

    Lire

    « Qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois ! » C’est à Luc Ferry que reviendra le mérite d’avoir lancé le mot d’ordre désespéré d’une oligarchie prise de panique devant le soulèvement des « gilets jaunes ». Mais les forces de l’ordre ne sont pas seulement policières, il y a aussi des forces de l’ordre intellectuelles et médiatiques, au moins aussi violentes et qui s’exercent sans le moindre risque, en toute impunité.

    Sauf, malgré tout, quand un auditeur prend le temps d’analyser une tranche d’info. Il met alors en évidence la pratique de l’insinuation et de l’amalgame confusionnel qui vise à accuser les « gilets jaunes » d’antisémitisme, sans la moindre preuve. Utiliser cette arme revient à banaliser l’antisémitisme et donc à banaliser les actes antisémites. Voici le texte intégral que nous a adressé cet AMG, Olive Laporte.

    Mardi 12 février, le journal de 8 heures de France Inter, présenté par Laurence Thomas, annonce en premier titre « la hausse spectaculaire des actes antisémites en France, + 74 % en 2018 ». Si l’on est révolté par toute forme de racisme, on écoutera le sujet avec beaucoup d’attention. Et l’on constatera, non sans surprise, qu’il s’agit en réalité d’un reportage sur l’antisémitisme et le mouvement des « gilets jaunes ».

  • À ces femmes-là Abonnés

    -

    Voir

    Dans ses Chroniques de Mai 68, l’écrivaine Mavis Gallant remarquait que la vente de livres à Paris avait bondi de 40 % en mai et juin 1968. On ne sait pas encore si les « gilets jaunes » ont acheté beaucoup de bouquins, en tout cas ils se renseignent, ils se documentent, ils s’informent, dans la vraie vie ou en ligne, sur les réseaux sociaux ou sur le site Là-bas si j’y suis ! Pour celles et ceux qui achètent encore des bouquins, en voici deux qu’on vous conseille, et pas seulement parce que Gérard Mordillat en est l’auteur.

  • Avec Serge Halimi et Pierre Rimbert du Monde diplomatique Quand les « gilets jaunes » font tomber les masques Accès libre

    -

    Écouter

    Un retour au réel. Voilà ce que les « gilets jaunes » sont depuis trois mois : un retour des classes populaires dans le débat public, dont elles avaient été consciencieusement chassées. Cette exclusion des classes populaires du champ politique, les tenants de l’ordre néolibéral l’ont pensée, théorisée. L’ancien ministre socialiste Dominique Strauss-Kahn l’écrivait noir sur blanc dans son livre La Flamme et la Cendre (Grasset, 2002 ) : « les couches sociales regroupées dans le terme générique d’“exclus” ne votent pas pour (la gauche), pour cette raison simple que, le plus souvent, elles ne votent pas du tout. Au risque de l’impuissance, (la gauche) se voit dans l’obligation de trouver à l’intérieur d’autres catégories sociales le soutien suffisant à sa politique. »

  • Soyons plus répressifs : interdisons les manifs ! Abonnés

    -

    Écouter

    À Là-bas, on s’est dit que la com’ gouvernementale avait besoin d’un petit coup de main. Nos deux envoyés un peu spéciaux, Anaëlle et Gaylord, nouvelles recrues prometteuses de la Direction des systèmes d’information et de communication du ministère de l’Intérieur (ça existe vraiment) et militants des JAM, les Jeunes avec Macron (eux aussi existent vraiment), sont allés place Georges-Pompidou, à Paris, faire la retape pour la « loi anti-casseurs »… pardon, la « loi visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations ».

  • À 87 ans, TOMI UNGERER a dévissé son billard Tomi Ungerer, si je deviens aveugle un jour… Accès libre

    -

    Lire

    Tous les enfants et les anciens enfants connaissent par cœur ses livres et ses dessins. Il en laisse des milliers. Cheveux blancs, chapeau noir, gueule superbe, et cette dent qui se débine, les médias en boucle saluent l’artiste Tomi Ungerer, le « conteur engagé ». Mais engagé dans quoi ? En hommage fraternel, voici la réponse en quelques dessins qui redonnent du goût au mot « subversion ».

  • ACTE XIII : « QUI NE CASSE RIEN N’A RIEN ! » Abonnés

    -

    Écouter

    D’ordinaire, la violence est utilisée pour discréditer un mouvement. Mais voilà, ça ne prend plus, et depuis treize semaines, une petite musique monte : « QUI NE CASSE RIEN N’A RIEN ! » « Le mouvement s’essouffle. » Chaque semaine, les experts sont unanimes, « le mouvement s’essouffle ». Et chaque semaine, le nombre de manifestants est en baisse, selon le chiffre du ministère de l’Intérieur - un détail que les experts oublient souvent d’indiquer. Ajoutez l’hostilité assumée de la plupart des médias et les accusations permanentes contre les « gilets jaunes » : homophobie, xénophobie, insultes raciales, infiltration par « les extrêmes » et même antisémitisme, suite à un tag découvert sur une vitrine alors qu’absolument aucun manifestant n’était présent dans ce quartier et que le tag – selon le commerçant lui-même – a été fait durant la nuit précédente !

  • Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte se fait du souci pour Les Républicains Abonnés

    -

    Voir

    Je te le dis sans barguigner, ami abonné, on vit une époque bien chamboulée, bien chtarbée. Ça déconne à plein tube de partout, tout particulièrement du côté Les Républicains, complètement à la ramasse depuis quelques mois. Leur chef reçoit Éric Zemmour en fanfare, comme si c’était l’arrière-petit-fils du Général. Un député Les Républicains du Pas-de-Calais s’invite à la télé de l’Assemblée nationale pour y faire des propositions constructives, comme la gouvernance par l’assassinat : un mode de gouvernance qui a certes cours dans de nombreux pays, mais bon, chez nous, on n’a pas encore trop l’habitude. Au moins d’en parler à la télé.

  • REPORTAGE dans la manif à Paris : convergence des « gilets jaunes » et des syndicats ? « On veut plus de cette vie qu’ils nous imposent ! » Abonnés

    -

    Voir

    Était-ce le premier acte de la convergence entre les syndicats et les « gilets jaunes » ce mardi 5 février ? La Confédération générale du travail (CGT) avait appelé à une journée de grève générale, reprise par des figures des « gilets jaunes », telles que Éric Drouet et Jérôme Rodrigues. C’est la première fois depuis le 17 novembre 2018 qu’une centrale syndicale de premier plan marche aux côtés des inclassables « gilets jaunes », qui jusqu’à présent refusaient toute affiliation, toute couleur autre que celle de leurs gilets.

  • « Le Président des ultra-riches », le nouveau livre des Pinçon-Charlot (Zones, 2019) LA VIOLENCE DES ARROGANTS : JUSQU’OÙ ? Abonnés

    -

    Voir

    Rien à faire, malgré les gros moyens, la com’, les médias, la frime et les débats, l’entourloupe Macron ne marche plus. Il ne reste qu’à faire tirer contre le peuple, faire arracher les yeux et les mains des gueux, le samedi de préférence. Mais les gueux résistent et les Français sont avec eux. À l’appui de cette guerre de classes, les Pinçon-Charlot apportent des armes et des outils efficaces et tranchants contre cette oligarchie aux pieds d’argile. En attendant l’autopsie finale. Un entretien avec Monique Pinçon-Charlot, qui publie avec Michel Pinçon Le Président des ultra-riches. Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron (Zones, 2019).

Une sélection :

Une série de reportages en dix épisodes Vous êtes seul, célibataire ? Là-bas vous aide à rencontrer quelqu’un ! [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Tout le monde ne se pose pas la question, mais beaucoup quand même : comment rencontrer quelqu’un ? Où choper un mec ? Où draguer une fille ? Dans la rue, dans un bar, au bureau ? Sur un site de rencontre, avec une application ? Pour une nuit, pour la vie ? Chacun ses trucs, mais au fait, comment font les autres ? Sophie Simonot est allée vous poser la question. Une série de reportages en dix épisodes, dans des milieux et des générations différentes, des réponses et des silences inattendus…

Et si c’était eux ? L’acte IX des « gilets jaunes » avec les soigneurs de rue « Street medics » : penser le changement en changeant les pansements AbonnésÉcouter

Le

« Je n’ai jamais vu un policier ni un gendarme attaquer un manifestant ou un journaliste. »} La provocation du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’inscrit dans la violence du pouvoir face aux « gilets jaunes ». Un pouvoir qui n’a plus que le pouvoir de la force, ce que démontre l’échec de ses opérations de diversion et d’enfumage, malgré le soutien des grands médias et du beau monde des chemises blanches.

NOTRE CADEAU POUR LES FÊTES : ACCÈS LIBRE ! Juan Branco désosse Macron Accès libreVoir

Le

Léché, lâché, lynché. La règle des trois « L » est bien connue parmi ceux qui connaissent gloire et beauté. C’est ce qui arrive à Emmanuel Macron. Hier, le beau monde des médias le léchait avec ravissement, et voilà qu’aujourd’hui le peuple demande sa tête au bout d’une pique. Le petit prodige est devenu le grand exécré.