Une journée avec Manu, « gilet jaune » éborgné par la police

« Ils m’ont arraché un œil mais je lutterai jusqu’au bout » Abonnés

1

Le

(photo : Dillah Teibi/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

Manu a été éborgné par une grenade lacrymogène alors qu’il manifestait paisiblement avec son « Gilet jaune » place d’Italie à Paris, le 16 novembre dernier. L’image a fait le tour du monde. Rentré chez lui à Valenciennes, il a témoigné pour Là-bas si j’y suis. Et nous sommes retournés passer une journée de manif avec lui et sa femme Séverine. Loin des plateaux de télé, loin des appareils et des experts en tout, une autre France ré-invente la révolte, une sous-France déterminée en gilet jaune ou rouge.
À Valenciennes un reportage radio de Dillah Teibi :

[EXTRAIT] « Ils m’ont arraché un œil mais je lutterai jusqu’au bout » [RADIO]

Avec sa femme et ses potes, Manu descend de Valenciennes à Paris pour l’anniversaire du mouvement des « gilets jaunes » le 16 novembre. Alors qu’il discute tranquillement il se prend une grenade lacrymogène qui lui éclate l’œil gauche. Œil foutu. « Ils ont coupé ma vie » dit Manu. « Ils », c’est qui ? Une minutieuse enquête menée depuis par Le Monde permet d’identifier le tireur. Mais pour Manu, c’est Manu, le tireur. Le Manu de l’Elysée. Faut pas confondre le chien et le maître.

Sa femme Séverine est elle-aussi déterminée : « Tous les jours, l’œil perdu de mon homme nous rappelle cette violence injustifiée. Pourtant, on est pacifiques et on le restera bien que maintenant on ait la haine ! »

Dans leur malheur, ils ont reçu avec soulagement l’enquête du journal Le Monde : dans ce sujet vidéo de 11 minutes, nos confrères ont retracé le fil des événements en se basant sur plusieurs heures de vidéo [1] du 16 novembre sur la place d’Italie à Paris. Un document qui permet d’identifier le CRS, auteur du tir de grenade.

Un soulagement pour notre cyclope au grand cœur et sa femme Séverine, « gilets jaunes » de la première heure, qui s’aiment encore plus forts depuis le drame du 16 novembre. Ils ont 8 enfants, vivent avec 2000 euros et c’est peu de dire qu’ils restent motivés. Pour la justice sociale, contre les violences policières et maintenant contre la réforme des retraites. C’était le jeudi 10 décembre à Valenciennes. Et ce n’est qu’un début.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.