Une journée avec Manu, « gilet jaune » éborgné par la police

« Ils m’ont arraché un œil mais je lutterai jusqu’au bout » Abonnés

1

Le

(photo : Dillah Teibi/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

Manu a été éborgné par une grenade lacrymogène alors qu’il manifestait paisiblement avec son « Gilet jaune » place d’Italie à Paris, le 16 novembre dernier. L’image a fait le tour du monde. Rentré chez lui à Valenciennes, il a témoigné pour Là-bas si j’y suis. Et nous sommes retournés passer une journée de manif avec lui et sa femme Séverine. Loin des plateaux de télé, loin des appareils et des experts en tout, une autre France ré-invente la révolte, une sous-France déterminée en gilet jaune ou rouge.
À Valenciennes un reportage radio de Dillah Teibi :

[EXTRAIT] « Ils m’ont arraché un œil mais je lutterai jusqu’au bout » [RADIO]

Avec sa femme et ses potes, Manu descend de Valenciennes à Paris pour l’anniversaire du mouvement des « gilets jaunes » le 16 novembre. Alors qu’il discute tranquillement il se prend une grenade lacrymogène qui lui éclate l’œil gauche. Œil foutu. « Ils ont coupé ma vie » dit Manu. « Ils », c’est qui ? Une minutieuse enquête menée depuis par Le Monde permet d’identifier le tireur. Mais pour Manu, c’est Manu, le tireur. Le Manu de l’Elysée. Faut pas confondre le chien et le maître.

Sa femme Séverine est elle-aussi déterminée : « Tous les jours, l’œil perdu de mon homme nous rappelle cette violence injustifiée. Pourtant, on est pacifiques et on le restera bien que maintenant on ait la haine ! »

Dans leur malheur, ils ont reçu avec soulagement l’enquête du journal Le Monde : dans ce sujet vidéo de 11 minutes, nos confrères ont retracé le fil des événements en se basant sur plusieurs heures de vidéo [1] du 16 novembre sur la place d’Italie à Paris. Un document qui permet d’identifier le CRS, auteur du tir de grenade.

Un soulagement pour notre cyclope au grand cœur et sa femme Séverine, « gilets jaunes » de la première heure, qui s’aiment encore plus forts depuis le drame du 16 novembre. Ils ont 8 enfants, vivent avec 2000 euros et c’est peu de dire qu’ils restent motivés. Pour la justice sociale, contre les violences policières et maintenant contre la réforme des retraites. C’était le jeudi 10 décembre à Valenciennes. Et ce n’est qu’un début.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Pierre Seel, homosexuel déporté Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Les provocations homophobes du député UMP Christian VANESTE sur "la légende de la déportation des homosexuels" a ramené l’attention sur l’histoire de Pierre Seel, mort en 2005, après un combat pathétique pour faire connaître la persécutions des homosexuels par les nazis.

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?