Chlordécone. Grand reportage radio (Antoine Chao, Daniel Mermet)

Chlordécone, un crime impuni

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

L’énorme scandale de la chlordécone, qui vient d’émouvoir Emmanuel Macron de passage aux Antilles, est connu, documenté et dénoncé depuis des années, mais reste impuni. Ce puissant pesticide, utilisé dans les plantations de bananes, est connu comme perturbateur endocrinien. Autorisé et imposé en toute connaissance de cause par le pouvoir économique et politique, son usage a entraîné une catastrophe irréversible : 90 % de la population contaminée, une augmentation très nette des cancers, surtout de la prostate, des sols empoisonnés et inutilisables pendant des siècles, bétail, volailles, légumes contaminés, des rivières polluées, des côtes interdites à la pêche, les Antilles sont comparables à l’Ukraine ou à la Biélorussie après Tchernobyl.

Interdit aux États-Unis dès 1976, la chlordécone a été autorisée en France jusqu’en 1993. Pendant plus de 20 ans, pas moins de cinq (!) ministres de l’Agriculture, en toute connaissance de cause, ont reconduit l’autorisation d’utiliser ce pesticide en collaboration avec les lobbys et les industriels de la banane. Un parfait exemple du poids des intérêts économiques aux dépens de la santé publique et de l’environnement.

En bon communicant, Emmanuel Macron a déploré notre « aveuglement collectif », alors que les vrais responsables, entrepreneurs comme gouvernements, tout comme les scientifiques impliqués sont encore aisément identifiables et doivent faire l’objet de poursuites. Cynisme supplémentaire, Emmanuel Macron affirme qu’il s’agit du « fruit d’une époque qui est désormais révolue », alors que l’emploi des pesticides continue a grande échelle [1]. Aux Antillais contaminés, il a tenu à préciser qu’il ne saurait y avoir de réparations individuelles, seules seront prises en compte les maladies professionnelles en lien avec le pesticide.

Voici notre reportage de mars 2009 sur la chlordécone. La Guadeloupe était alors en lutte contre la « Pwofitasyon ». Plus le diable en a, plus le diable en veut…

[RADIO] La Gwadloup Kont la Pwofitasyon : plus le diable en a, plus le diable en veut (07/10) [2 mars 2009]

Cartographie de la teneur des sols en chlordécone en Martinique (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de la Martinique, 2015)

Pour aller plus loin, ne manquez pas le documentaire de Romain Bolzinger, « Les Derniers maîtres de la Martinique », Spécial Investigation, 2009 :

Programmation musicale :
- Sankawan Monanbessa : Klordekon
- Chad Kimbo Cultcha B : Domota

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Bonjour tout le monde, ce mois-ci, le troisième jeudi du mois tombe le 20 décembre. Nous nous retrouverons à 18h30 au bar du Canigou à Villefranche de Conflent pour fêter les 8 ans du Café Repaire du Conflent. En effet, en décembre 2010, après huit ou dix manifestations sur Perpignan, pour refuser la (...)

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !