Un reportage de Daniel Mermet, Giv Anquetil et Patrick Haimzadeh (2012)

Esclavage en Libye : on savait

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Des migrants enfermés au camp de Burashada en 2012 (photo : Daniel Mermet)

Il aura fallu le choc des images montrant une vente d’esclaves en Libye pour que les pouvoirs politiques et les grands médias manifestent bruyamment leur indignation. Or cette situation était connue depuis longtemps. Emmanuel Macron, qui dénonce un crime contre l’humanité, prend le risque que la France se retrouve sur le bancs des accusés. En encourageant les garde-côtes libyens à intercepter les migrants et à les renvoyer en Libye où ils sont maltraités, l’Union Européenne porte une lourde responsabilité.

Voici un reportage de LÀ-BAS en Libye sur l’emprisonnement des réfugiés africains, « Les forçats du Sahara », de juin 2012 :

[REPORTAGE] Burashada, les forçats du Sahara [27 juin 2012]

Le reportage de la journaliste Nima Elbagir, le 14 novembre sur CNN, montrant des réfugiés africains vendus comme esclave en Libye, a déclenché une énorme vague d’indignation dans le monde :

CNN : des migrants vendus comme esclaves [SOUS-TITRES FRANÇAIS]
par Là-bas si j'y suis

Pourtant, la situation avait déjà été dénoncée. Le 11 avril 2017, un rapport de l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM) dénonçait des captures de migrants vendus comme esclaves pour 200 à 300 dollars pour des travaux forcés dans l’agriculture ou la construction, les femmes migrantes étant souvent soumises au viol ou à la prostitution forcée. À l’époque, ces informations n’avaient guère ému les grands médias ni le monde politique.

Le président français qui, aujourd’hui, dénonce un crime contre l’humanité risque de voir la France sur le banc des accusés au moins pour deux raisons. D’une part, le chaos où a sombré la Libye suite à l’intervention française menée par Nicolas Sarkozy (soutenu par le philosophe Bernard-Henri Lévy) en 2011 ; d’autre part, la politique européenne qui fait de l’Afrique du Nord le garde-chiourme de l’Afrique et finance la Libye pour empêcher coûte que coûte les migrants de gagner l’Europe. On estime à 40 000 le nombre de migrants retenus en Libye dans des conditions inhumaines. La France a proposé d’en accueillir 24, le Rwanda se dit prêt en accueillir 30 000.


Un reportage en Libye de Daniel Mermet, Giv Anquetil et Patrick Haimzadeh, diffusé la première fois sur France Inter le 27 juin 2012.

Programmation musicale :
- Staff Benda Bilili : Moto Moindo
- Sierra Leone’s Refugee All Stars : Like a refugee

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Macron, quand tu tires la chasse, pense à eux ! « MISÉRABLES ÉGOUTIERS » AbonnésVoir

Le

« Misérables égoutiers ! » C’est comme ça que l’avocat Richard Malka qualifie ceux qui ont publié les photos de son client Benjamin Griveaux. Une insulte pour les égoutiers, au moment même où ils se battent contre la réforme des retraites qui va repousser l’âge du départ, alors que les risques et la pénibilité de leur métier sont depuis longtemps reconnus. Un reportage avec les égoutiers en lutte contre ce mépris révoltant.

Hommage à Daniel Bensaïd en sept podcasts (ÉPISODE 07) Pour un socialisme du XXIe siècle Accès libreÉcouter

Le

« Si le postier et le philosophe sortent un livre et appellent à prendre parti, c’est qu’un grand évènement va se produire ! » Le 5 février 2009, Olivier Besancenot et Daniel Bensaïd étaient dans Là-bas si j’y suis pour parler de la refondation de la Ligue Communiste Révolutionnaire, qui se transformait alors en NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste. « Je reviendrai et je serai des millions ! »