François Ruffin élu dans la 1ère circonscription de la Somme

Et à la fin, c’est lui qu’a gagné !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Pourtant, c’était pas gagné, il avait une dizaine de points de retard sur son adversaire macroniste.

« Le peuple à l’Assemblée ! », crie Ruffin. « Le peuple, c’est lui ! » Ses copains le charrient, c’est la fête, ah, Ruffin avec une cravate à l’Assemblée ! C’est pas tous les jours qu’un ancien reporter de Là-bas est élu député ! Mais le plus important, c’est de voir ceux qui l’ont élu. Le plus réjouissant, c’est le recul du FN dans la circonscription. Depuis des années, le rejet et le mépris de cet électorat par la gauche molle assurent le succès du FN. En pratiquant ce qu’il appelle le « populisme de gauche », Ruffin et sa bande ont tapé juste. Au premier tour, il a fait perdre 10 points au FN, et c’est sans doute une partie de cet électorat qui aujourd’hui l’envoie à l’Assemblée. Évidemment, les médias ont sauté sur l’expression « populisme de gauche » pour faire amalgame et s’opposer courageusement aux « extrémismes de tous bords ». Alors qu’il s’agit d’une chose très simple que, dans sa hâte à s’embourgeoiser, la gauche a laissé tomber depuis longtemps : être avec le peuple, défendre la classe populaire, lutter front contre front, classe contre classe, prendre parti, en commençant par les combats de chaque jour, ce qui se fait ça et là, à Saint-Étienne-du-Rouvray par exemple, c’est ce qui se faisait au temps du « communisme municipal ».

Cette énorme abstention (56,6 % des inscrits) exprime le rejet de cette fausse représentation démocratique. C’est avec 15% des inscrits que Macron est arrivé au pouvoir en annonçant le recours au passage en force au cours de l’été. Cette majorité aux pieds d’argile a le mérite d’être claire. La camp néo-libéral n’est plus de gauche ou de droite, il est à découvert. C’est le parti de la France de ceux pour qui ça va bien.

Mais plus de la moitié du pays est à l’abandon et à l’abstention. C’est là que le FN a prospéré, c’est là que la reconquête est possible, dès demain.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils nous ont volé le football Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Corruption, dopage, chauvinisme, machisme, outil des dictateurs, diversion, achat de joueurs, achat de votes, matchs truqués : qui s’intéresse au football ne peut ignorer ces dérives récurrentes. Ce sport reste pourtant l’un des plus populaires au monde, rassemblant dans plus de 17 000 clubs en France deux millions de licenciés et 200 000 bénévoles.
Entretien : Daniel Mermet

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.