LES GRANDS REPORTAGES DE LÀ-BAS

(2011) La Grèce, ou le triomphe des idées qui ont fait faillite

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En 2011 Là-bas si j’y suis était en Grèce et voila ce que nous disions "Cette fois la dictature de la finance n’est plus une métaphore d’altermondialiste, la stratégie du chaos n’est plus une théorie de polémiste, c’est en vrai, dans les rues, au long des boutiques fermées, des ordures qui s’entassent, des taxis sans clients, des suicides qui se multiplient, des hôpitaux sans pansement, des quartiers sans lumière, des jeunes qui fuient le pays, des visages ravagés. C’est un peuple désemparé, humilié, sans issue. 38 ans après la junte militaire, une junte financière a pris le pouvoir. La Grèce est sous tutelle, coupable elle doit payer, coupable elle est à vendre. "Nous sommes sous occupation de la dictature financière".


La dette ou la vie !

D’où vient la dette ? A-t-elle été contractée dans l’intérêt général ? Peut-on alléger le fardeau de la dette sans appauvrir les peuples ? En France le service de la dette est le premier budget de l’État, avant celui de l’Éducation Nationale. La dette qui écrase le tiers monde depuis des années arrive au Nord. À Liège, le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM) propose des alternatives et milite pour un audit citoyen de la dette publique. Un entretien avec Éric Toussaint.

La dette ou la vie

Programmation musicale :
- Anergy Afrobeat : "La dette africaine"
- Yves Robert : "Interêt à rester"

Site internet du CADTM : www.cadtm.org

Un reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao, dans dans Là-bas si j’y suis des 14 et 15 décembre 2011.


En Grèce, de la dictature des colonels à la dictature des marchés (17/11/1973 - 17/11/2011)

Le 17 novembre 1973, à Athènes, les colonels au pouvoir massacraient les étudiants qui contestaient leur dictature et s’étaient retranchés dans l’École Polytechnique. L’année suivante, le régime s’effondrait. Depuis, chaque 17 novembre, les Grecs commémorent ce jour de liberté. Aujourd’hui, Daniel Mermet et Antoine Chao sont à Athènes avec les manifestants qui protestent, cette fois-ci, contre la dictature des marchés. 38 ans et un même slogan : "Pain, Éducation, Liberté !".

Grèce, de la dictature des colonels à la dictature des marchés (18/11/11)

Programmation musicale :
- Mikis Theodorakis : "Pour non obéissance aux instructions"
- Panayotis Kalantzopoulos : "Urania"
- Tropical Benny : Fuck You Papandréou

Un reportage de Daniel Mermet et Antoine Chao à Athènes, dans dans Là-bas si j’y suis du 18 novembre 2011.


La Grèce, ou le triomphe des idées qui ont fait faillite

Cette fois la dictature de la finance n’est plus une métaphore d’altermondialiste, la stratégie du chaos n’est plus une théorie de polémiste, c’est en vrai, dans les rues, au long des boutiques fermées, des ordures qui s’entassent, des taxis sans clients, des suicides qui se multiplient, des hôpitaux sans pansement, des quartiers sans lumière, des jeunes qui fuient le pays, des visages ravagés. C’est un peuple désemparé, humilié, sans issue. 38 ans après la junte militaire, une junte financière a pris le pouvoir. La Grèce est sous tutelle, coupable elle doit payer, coupable elle est à vendre. "Nous sommes sous occupation de la dictature financière".

En Grèce (1)

Programmation musicale :
- Hmiskoumpia : "O diavolos katevike sto xolargo"
- Andreikelos : "And the world is sleeping"

En Grèce (2)

Programmation musicale :
- Angélique Ionatos : "La nuée"
- Imam Baildi : "Poso"

En Grèce (3)

Programmation musicale :
- Nikos Xilourisi : "Ils sont entrés dans le ville des ennemis"

En Grèce (4)

Programmation musicale :
- Melina Mercouri : "Zorba"
- Yiota Vei : "Agali agali"

Une série de reportages de Daniel Mermet et Antoine Chao, dans Là-bas si j’y suis du 6 ou 9 décembre 2011.


Reportages : Antoine CHAO et Daniel MERMET
Réalisation : France HADERER et Bertrand CHAUMETON

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Dossier : Grèce : la réalité n’affecte pas le dogme

Voir aussi

Lectures :

- "Les dettes illégitimes - Quand les banques font main basse sur les politiques publiques", de François Chesnais (Raisons d’agir, 2011).
- "La dette ou la vie", de Eric Toussaint et Damien Millet (Aden, 2011).
- "Le piège de la dette publique", ATTAC (Les liens qui libèrent, 2011).
- "La finance imaginaire", de Geoffrey Geuens (Aden, 2011).

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.