Nouvelle diffusion de quatre émissions produites entre 1991 et 2011

17 Octobre 1961 : ne pas oublier !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
01. 17 octobre 1961 : ne pas oublier (octobre 2011)
02. 17 octobre 1961 : ne pas oublier ! (octobre 2011)
03. 17 octobre 1961 : ne pas oublier ! (octobre 2011)
04. 17 octobre 1961 : ne pas oublier ! (octobre 2011)

Puteaux, 17 octobre 1961

17 octobre 1961. Nanterre, rue des Pâquerettes © Elie Kagan/Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Depuis bientôt 30 ans, nous sommes souvent revenus sur le 17 octobre 1961, et sur le pont Saint-Michel, où Daniel Mermet, alors étudiant aux Beaux-Arts, fut témoin de l’assassinat d’un manifestant par un policier. Des années durant, les témoins de ces massacres s’entendaient répondre « si c’était vrai, ça se saurait ». Jusqu’en 1991, hormis quelques rares témoignages, quelques recherches courageuses, le massacre fut passé sous silence. Nous vous proposons aujourd’hui de (ré)écouter une série de quatre émissions à ce sujet (octobre 2011).

Que s’est-il passé ce soir-là à Paris ?

Lors d’une manifestation non violente organisée par la Fédération de France du FLN contre le couvre-feu qui leur était imposé, des dizaines d’Algériens sans armes étaient torturés et assassinés en plein Paris par des forces de l’ordre déchaînées le soir du 17 octobre 1961. Au vu et au su de tous, en pleine rue, à Bezons, à Argenteuil, au Quartier latin, à Saint-Michel, sur les Grands Boulevards, dans la cour de la Préfecture de police, au Palais des sports.

L’Humanité, 27 octobre 1961

Combien de victimes ? Trois officiellement. Au moins 200 selon l’historien Jean-Luc EINAUDI. La presse couvre le drame, Paris Match, l’Express, l’Humanité, France Observateur. On s’indigne quelques jours, seul le PSU et quelques intellectuels organisent une manifestation de protestation. Mais très vite, une chape de plomb s’étend sur cette affaire, un silence de trente ans. Quelques ouvrages courageux, quelques recherches, quelques articles vite oubliés. Les témoins qui évoquaient ces massacres s’entendaient répondre : « Tu délires, si c’était vrai, ça se saurait. »

En 1991, avec le livre de Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris, le film Le Silence du Fleuve, l’association « Au nom de la Mémoire » et aussi notre série sur France Inter, ainsi que des articles et des publications, commençait enfin un long travail de mémoire et de recherches. Livres, films, débats, manifestations, chansons, BD, mobilisations constantes de militants, d’associations, d’élus, de témoins, de familles des victimes, ont fait que le 17 octobre 1961 a pris douloureusement sa place dans notre histoire. Mais il reste encore bien des zones d’ombres, des archives toujours fermées, le nombre des victimes toujours contesté, la dissimulation des vraies responsabilités au sommet de l’État à l’époque pour ce crime d’État qui n’est toujours pas reconnu.

Cinquante-six ans après la répression sanglante de cette manifestation pacifique d’Algériens à Paris, France 24 rappelle que le collectif du 17-Octobre 1961 a demandé au président Macron de condamner officiellement « les crimes commis par la France ».

« La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes. » Si ces quelques phrases prononcées par le candidat Emmanuel Macron en déplacement en Algérie en février 2017 avaient provoqué des cris d’orfraie à droite, elles avaient aussi suscité l’espoir. Pour nombre d’historiens, mais aussi de simples citoyens de chaque côté de la Méditerranée, un travail de mémoire était enfin possible. Il y a quelques jours, le collectif du 17-Octobre 1961, composé d’historiens et d’associatifs, a interpellé le président dans une lettre afin qu’il précise sa position sur les crimes d’État commis par la France.

Paris, 17 octobre 1961 © Roger-Viollet

Un rassemblement a été organisé le mardi 17 octobre à 18h, sur le pont Saint-Michel, pour demander vérité et justice 56 ans après le massacre du 17 octobre 1961.

Merci à Benjamin Stora.

Programmation musicale :
- Eddy Mitchell : Soixante, soixante-deux
- Les Têtes Raides : Dans la gueule du loup
- Médine : 17 Octobre
- Kadda Cherif Hadria : Octobre 1961

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.