17 Octobre 1961, nouvelle diffusion de quatre émissions entre 1991 et 2011

(4) Macron doit reconnaître la responsabilité de l’État dans les massacres du 17 octobre 1961

Le

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[13 octobre 2011] 01. Macron doit reconnaître la responsabilité de l’État dans les massacres du 17 octobre 1961 (1)
[14 octobre 2011] 02. Macron doit reconnaître la responsabilité de l’État dans les massacres du 17 octobre 1961
[17 octobre 2011] 03. Macron doit reconnaître la responsabilité de l’État dans les massacres du 17 octobre 1961
[18 octobre 2011] 04. Macron doit reconnaître la responsabilité de l’État dans les massacres du 17 octobre 1961
Puteaux, 17 octobre 1961
17 octobre 1961. Nanterre, rue des Pâquerettes © Elie Kagan/Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Depuis 1991, nous sommes revenus maintes fois sur le 17 octobre 1961. Daniel Mermet, alors étudiant aux Arts Appliqués, fut témoin des violences sur le pont Saint-Michel et de l’assassinat d’un manifestant par un policier. Au terme d’un long travail de mémoire, Macron aujourd’hui doit reconnaître la responsabilité de l’État dans ces massacres. Nous vous proposons, chaque jour de la semaine, de retrouver un épisode de la dernière série de quatre émissions d’octobre 2011.

Que s’est-il passé ce soir-là à Paris ?

Lors d’une manifestation non violente organisée par la Fédération de France du FLN contre le couvre-feu qui leur était imposé, des dizaines d’Algériens sans armes étaient torturés et assassinés en plein Paris par des forces de l’ordre déchaînées le soir du 17 octobre 1961. Au vu et au su de tous, en pleine rue, à Bezons, à Argenteuil, au Quartier latin, à Saint-Michel, sur les Grands Boulevards, dans la cour de la Préfecture de police, au Palais des sports.

L’Humanité, 27 octobre 1961

Combien de victimes ? Trois officiellement. Au moins 200 selon l’historien Jean-Luc EINAUDI. La presse couvre le drame, Paris Match, l’Express, l’Humanité, France Observateur. On s’indigne quelques jours, seul le PSU et quelques intellectuels organisent une manifestation de protestation. Mais très vite, une chape de plomb s’étend sur cette affaire, un silence de trente ans. Quelques ouvrages courageux, quelques recherches, quelques articles vite oubliés. Les témoins qui évoquaient ces massacres s’entendaient répondre : « Tu délires, si c’était vrai, ça se saurait. »

En 1991, avec le livre de Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris, le film Le Silence du Fleuve, l’association « Au nom de la Mémoire » et aussi notre série sur France Inter, ainsi que des articles et des publications, commençait enfin un long travail de mémoire et de recherches. Livres, films, débats, manifestations, chansons, BD, mobilisations constantes de militants, d’associations, d’élus, de témoins, de familles des victimes, ont fait que le 17 octobre 1961 a pris douloureusement sa place dans notre histoire. Mais il reste encore bien des zones d’ombres, des archives toujours fermées, le nombre des victimes toujours contesté, la dissimulation des vraies responsabilités au sommet de l’État à l’époque pour ce crime d’État qui n’est toujours pas reconnu.

Cinquante-six ans après la répression sanglante de cette manifestation pacifique d’Algériens à Paris, France 24 rappelle que le collectif du 17-Octobre 1961 a demandé au président Macron de condamner officiellement « les crimes commis par la France ».

« La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes. » Si ces quelques phrases prononcées par le candidat Emmanuel Macron en déplacement en Algérie en février 2017 avaient provoqué des cris d’orfraie à droite, elles avaient aussi suscité l’espoir. Pour nombre d’historiens, mais aussi de simples citoyens de chaque côté de la Méditerranée, un travail de mémoire était enfin possible. Il y a quelques jours, le collectif du 17-Octobre 1961, composé d’historiens et d’associatifs, a interpellé le président dans une lettre afin qu’il précise sa position sur les crimes d’État commis par la France.

Paris, 17 octobre 1961 © Roger-Viollet
Un rassemblement a été organisé le mardi 17 octobre à 18h, sur le pont Saint-Michel, pour demander vérité et justice 56 ans après le massacre du 17 octobre 1961.

Merci à Benjamin Stora.

Programmation musicale :
- Eddy Mitchell : Soixante, soixante-deux
- Les Têtes Raides : Dans la gueule du loup
- Médine : 17 Octobre
- Kadda Cherif Hadria : Octobre 1961

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Un cycle de NEUF conférences, rencontres, projections, lectures avec Alain Badiou ! Organisée par l’Université populaire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile et le Repaire d’Aubagne, cette immense tournée va emmener Alain Badiou, du 24 novembre au 2 décembre, de Marseille à Aubagne en passant par (...)

    Aubagne

  • Le Bar d’à Côté - 33 rue Porte Carrée 35140 Saint-Aubin-du-Cormier - vous propose une rencontre avec le café Repaire de Liffré qui convie à des soirées thématiques tous les deuxièmes mercredi du mois, dans le café-brasserie L’Entre-temps. Ses animateurs nous présenteront son histoire, les thèmes débattus, (...)

    Liffré

  • Le repaire d’Annecy-Meythet LE CHE vous propose un débat avec Mino FAÏTA, historien, habitant vers Cluses, auteur d’ouvrages sur la Grande Guerre. Le thème sera : Fusillés de la Grande Guerre, morts pour et par la France, une page jamais fermée... Avant ce débat, nous diffuserons grâce à nos amis du (...)

    Annecy-Meythet
    33 route de Frangy

  • Exceptionnellement, le café repaire de Neuvy n’aura pas lieu le dernier vendredi du mois de novembre, mais le vendredi 8 décembre à 18h30. Le thème tournera autour des enjeux de la monnaie locale, en présence de trois membres du collectif « Le Soudicy », Sylvie Mazard, Agnès Dollet et Michel (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • La commercialisation des données personnelles est devenue un marché juteux qui intéresse les sociétés vivant de publicités. Comment le système fonctionne-t-il ? Comment s’en protéger au mieux ? L’installation de compteurs communicants tels que le Linky pour l’électricité interroge sur l’utilisation des (...)

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »