La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19

1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie de l’Etoile à Vincennes par plus de 10 000 doux dingues.


Des vélos, pas d’autos ! La bagnole, ça tue, ça pue, ça pollue !

Le 22 avril 1972, nous étions au moins 10 000 dans la première manif pour le vélo dans Paris. Plus de voitures ! Des vélos gratuits ! Sans doute la première manif écolo. Les automobilistes coincés étaient verts de rage, d’autres ricanaient devant une idée aussi idiote. Le vélo avait complètement disparu à cette époque, le tout-bagnole dominait et tuait beaucoup. Avec plus de 18 000 morts et 390 000 blessés, l’année 1972 fut la plus meurtrière de toute l’histoire de la circulation automobile en France [1]. Mais quand même, ces cyclistes passaient pour des rigolos rétrogrades.

Aujourd’hui, le vélo fleurit partout dans Paris. Il a seulement fallu attendre 48 ans pour que cette modeste utopie se réalise. Faut-il vraiment remercier la Covid-19 ?

Mais gardons nos masques, la pollution atmosphérique est de retour. Jusque-là, le coronavirus a fait 30 000 morts en France, mais la pollution de l’air, c’est 48 000 décès chaque année [2]. C’est la deuxième cause de mort évitable après le tabac (73 000 morts environ) et l’alcool (41 000 morts).

Des chiffres encore plus glaçants, cette pollution tue 800 000 Européens chaque année et 7 millions de personnes au total à travers le monde, alors que le coronavirus a fait 390 000 victimes sur la planète jusque-là [3].

Face à la pandémie, nous avons lutté pour sauver nos vies au détriment de l’économie. Mais après cette parenthèse, c’est l’inverse qui revient, c’est le retour à la normale, c’est-à-dire sauver l’économie au détriment de nos vies. Et tout ça en pédalant à pleins poumons.

Un autre document, ce canular de l’ORTF pour le 1er avril 1967. La grosse blague consistait à faire croire à la fin de la voiture dans Paris au profit du vélo. Une hypothèse loufoque, histoire de rire un peu :

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »