17 octobre 1961. Nos émissions de 1997 (radio). PODCAST

17 octobre 1961 (3) : entendre sans broncher l’écho des fusillades

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
[RADIO] 17 octobre 1961 (3) : entendre sans broncher l’écho des fusillades

(illustration : Ernest Pignon-Ernest)

Entendre sans broncher l’écho des fusillades

En reprenant son vélo, Paul s’est aperçu qu’il n’avait plus de câbles de frein. Quelqu’un lui aurait piqué ? Mais qui ? Et pour quoi faire ? Paul Rousseau était flic, il a tenu à témoigner sur la nuit du 17 octobre 1961. Il avait fini par comprendre que des collègues avaient utilisé des câbles de frein pour étrangler des Algériens et les balancer dans le bois de Vincennes. Cette histoire le hantait toujours des années après.

La barbarie du 17 octobre 1961 marque la faillite totale de la mission civilisatrice de la France. C’est l’échec emblématique du colonialisme français et de la puissante idéologie raciste portée par ses élites, ses penseurs et ses artistes, qui structure depuis si longtemps notre histoire. Depuis les grandes conquêtes, le massacre colonial est une simple coutume. Ça se passe au loin, on ne voit pas bien, on n’entend pas, peut-être que c’est leur façon de chanter. Sauf que là, soudain, c’était en plein Paris, on butait le bougnoule parmi les badauds. L’extrême droite qui se déboutonne en ce moment pleure sur le déclin de la France et nous promet de renouer avec la grandeur de la nation. C’est la grandeur colonialiste du viol des gamines et de la torture à la gégène. Leur grandeur, c’est ce câble de frein.

C’est des corps retrouvés dans le bois de Vincennes, à l’endroit même où, en 1931, trente ans plus tôt, se tenait la gigantesque exposition coloniale avec ses huit millions de visiteurs ébahis, ses pavillons rutilants sur 110 hectares, son train pour emmener les visiteurs. L’empire français et nos belles colonies étaient alors une fierté unanime. Ou presque. Quelques énergumènes avaient trouvé le moyen d’imprimer un tract : « ne visitez pas l’exposition coloniale ! » Par la suite, on remarqua les noms des signataires : Louis Aragon, Paul Éluard, René Char, André Breton, auxquels s’étaient joints le Parti communiste français, et même un certain Léon Blum. Des provocateurs marginaux qui, prétendant « faire face aux bâtisseurs de ruine », réclamaient « l’évacuation immédiate des colonies et la mise en accusation des généraux et des fonctionnaires responsables des massacres d’Annam, du Liban, du Maroc et de l’Afrique centrale ».

Cliquez ici pour télécharger le document.


Sur ce tract, une phrase écrite par ces poètes annonçaient génialement, trente ans à l’avance, l’attitude du pouvoir devant les massacres du 17 octobre 1961 : « donner aux citoyens de la métropole la conscience de propriétaires qu’il leur faudra pour entendre sans broncher l’écho des fusillades lointaines ». Prenez le temps de relire cette phrase. C’est bien ce silence qui s’est imposé pendant de longues années après le pogrom du 17 octobre.

Mais des brèches sont apparues. Cette nuit restait de travers dans la gorge de la vérité et de la justice. Tout un travail de mémoire, de témoignages, de recherche commençait, souvent animé par les filles et les fils des Algériens de 1961. Sur France Inter, fin 1991, l’équipe de Là-bas proposait une série de reportages et de témoignages qui a fait découvrir cette histoire au grand public, grâce surtout à Jean-Luc Einaudi, qui venait de publier un livre qui allait faire référence, La Bataille de Paris. 17 octobre 1961.

En 1997, six années plus tard, Jean-Luc Einaudi, témoin devant la cours d’assises de Bordeaux, lors du procès de Maurice Papon sur son activité de 1942 à 1944, le mettait en cause dans son rôle en octobre 1961. Une occasion de remettre le couvert avec de nouvelles infos, de nouveaux témoins et des messages très précieux d’auditeurs sur le répondeur.

Par la suite, le 20 mai 1998, dans Le Monde, Jean-Luc Einaudi qualifiait le 17 octobre de « massacre perpétré par des forces de police agissant sous les ordres de Maurice Papon [1] ». En juillet 1998, Papon portait plainte contre Einaudi. Lors du procès, Einaudi fit appel à de nombreux témoins, dont votre serviteur. Par le jugement du 26 mars 1999, Maurice Papon était débouté de sa plainte et l’historien était relaxé.

D.M.

Programmation musicale :
- Anna Marly : Avec l’Algérie Française, avec Massu & Salan
- La Tordue : Paris, oct.61

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.