17 octobre 1961. Nos reportages de 1991. Des témoignages historiques (radio). PODCAST

17 octobre 1961 (2) : combattre la gangrène aujourd’hui

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

[RADIO] 17 octobre 1961 (2) : combattre la gangrène aujourd’hui

J’avais 18 ans le 17 octobre 1961

J’étais avec mon copain Paulo au coin du pont Saint-Michel, à la sortie du métro, près de la pendule. On savait qu’il y aurait une manif des Algériens contre le couvre-feu que Papon leur avait imposé. Paulo devait faire des photos. Nous étions étudiants aux arts appliqués, rue Dupetit-Thouars, et comme toute cette génération, nous avions la trouille de partir pour l’Algérie. C’était un sujet quotidien de discussion et d’engueulade entre ces dégonflés de partisans de la « paix en Algérie » et nous autres qui soutenions le FLN et souhaitions l’indépendance. Des terroristes en somme. Nous étions quelques-uns à avoir fait le choix de l’insoumission, et Paulo était en liaison avec un réseau militant censé nous aider à nous planquer en Suisse ou en Belgique, le moment venu. On n’était pas les seuls, il y a eu 10 000 insoumis au total. Le regretté journaliste Michel Boujut a magnifiquement raconté ça dans son livre, Le jour où Gary Cooper est mort. On suivait la situation de près, on allait en manif place de la République et sur les boulevards, et le soir on se retrouvait à la Joie de lire, la librairie de François Maspero, rue Saint-Séverin, juste à côté du pont Saint-Michel, là où on se trouvait donc ce soir-là sous la pluie, Paulo et moi.

Je ne sais plus quand ni comment la manif est arrivée, j’ai l’image d’une foule paniquée sous la pluie, des hommes en majorité, quelques femmes, des youyous, des cris, des ordres, des coups, des gens désarmés fuyant les mains en l’air devant les flics casqués, armés, acharnés à cogner. Par chance, nous, cheveux châtains et blondinets, pour les flics, on avait les bons faciès, mais Paulo a quand même préféré se tirer dans le métro. Pas plus courageux, j’allais le suivre quand j’ai vu un manifestant enjamber brusquement le parapet du pont et se planquer en boule juste sur le rebord au-dessus du fleuve, en s’agrippant à la balustrade. Je le voyais d’où j’étais, entre la pendule et les boîtes de bouquinistes. Les manifestants et les flics passaient en cavalant, il pleuvait, c’était pas très éclairé, il aurait pu rester inaperçu mais un flic a fini par le voir et sans sommation, il s’est mis à le cogner à coup de crosses sur le crâne, sur le dos, sur les mains, un autre flic s’y est mis, et un autre encore, et le gars a lâché prise.

La suite, après la chute dans la Seine, je ne sais plus, c’est embrouillé, mais un détail m’est resté : ce type portait une cravate, j’ai eu le temps de voir ça dans sa chute. Il venait sans doute des bidonvilles de Nanterre ou d’Aubervilliers, comme des milliers d’autres manifestants, des FMA comme il fallait dire, des « Français musulmans d’Algérie ». Mais c’était avant tout des ouvriers qui faisaient les trois-huit dans les usines de bagnoles, ou qui bossaient dans le bâtiment. Sur les photos, aujourd’hui, on voit qu’ils s’étaient tous fait beaux pour cette grande manif. Affaire de dignité. Le visage en sang de cet homme qui tombe ne m’a jamais quitté depuis 60 ans.

COMBATTRE LA GANGRÈNE AUJOURD’HUI

Les jours suivants, j’ai raconté ce que j’avais vu, il y avait beaucoup de témoignages qui circulaient, des choses vues, des meurtres, des noyés dans le canal Saint-Martin, des flaques de sang sur les grands boulevards, des assassinats dans la cour de la préfecture de police. Au début, la presse a couvert cette histoire, mais les évènements ensuite se sont bousculés et un lourd silence honteux s’est installé sur le 17 octobre. Témoigner vous rendait suspect. On vous le disait d’un air las : « si c’était vrai, ça se saurait ». Aujourd’hui, les témoins professionnels ne manquent pas. Mais durant trente ans, l’intérêt était bien maigre, un bouquin, un film, un article sortait quand même, mais il a fallu attendre octobre 1991 pour que le livre de Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris. 17 octobre 1961, fasse sortir cette histoire du placard et réussisse, en faisant condamner Maurice Papon, à faire qualifier de « massacre » cette journée portée disparue [1]. C’est lui que nous retrouvons dans cette émission de 1991, avec beaucoup d’autres témoignages devenus rares.

L’historien Benjamin Stora a donné pour titre à l’un de ses livres La gangrène et l’oubli. Le 17 octobre 1961 est sorti de l’oubli, mais soixante ans après, la même gangrène raciste se répand contre les mêmes, prépare les mêmes pogroms, soutenus par les mêmes. Oui, célébrer le 17 octobre 1961, revenir à nouveau sur les lieux, sur les ponts, jeter des fleurs de mémoire dans la Seine, exiger la reconnaissance de ce massacre d’État, mais surtout, avant tout, combattre les causes du retour de cette gangrène raciste qui est en train de se répandre dans notre grand corps malade.

D.M.


Programmation musicale :
- Eddy Mitchell : Soixante, soixante-deux
- Les Chaussettes Noires : Tu parles trop
- Johnny Hallyday : Viens danser le twist
- Cheb Kader : Raiba

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.