Santiago, ce 11 septembre...

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

C’est une des dates les plus noires de l’histoire de la gauche au XXe siècle : il y a quarante ans, le 11 septembre 1973, le putsch de la junte du général Pinochet mettait un terme, dans un bain de sang, à trois années d’une expérience sans précédent.
"Nous ne devons pas laisser l’Amérique latine penser qu’elle peut emprunter ce chemin sans en subir les conséquences." Ainsi parlait Richard Nixon, en novembre 1970, lors de l’arrivée au pouvoir au Chili de l’Unité Populaire (UP) et de son candidat Salvatore Allende.
Les Etats Unis, via la CIA, feront tout pour faire tomber le grand élan du peuple chilien. Mais en coulisse, bien sûr. Deux ans auparavant, le 20 août 1968, les troupes du pacte de Varsovie écrasaient le Printemps de Prague, soulevant une énorme indignation en France et dans le monde "libre", mais le 11 septembre 1973, les chars de Pinochet dans les rues de Santiago, ne scandalisaient pas autant nos élites.
Avant de mourir ce jour-là, Salvadore Allende lançait son ultime message : " Ils ont la force, ils pourront nous asservir ; mais on n’arrête pas les mouvements sociaux , ni par le crime, ni par la force."
Il employait aussi le mot "semence". Et aujourd’hui, on pense au Venezuela, à l’Equateur, à la Bolivie... et aux chansons de ces mille jours, celle de Victor Jara, on entend aussi la voix fertile de Pablo Neruda.
Entretien Daniel Mermet avec Armand Mattelart et Bruno Muel, réalisateur du documentaire Septembre chilien - filmé à Santiago quelques jours après le coup d’Etat du 11 septembre 1973.
Ce mercredi, rendez-vous à 18h30, place Garibaldi, pour une lecture publique du dernier discours du président Allende le matin-même du putsch militaire dans les locaux du palais de la Moneda.
Du 11 au 17 septembre, festival du film chilien - du Chili documentaire au nouveau cinéma chilien - au Nouveau latina, 20 rue du Temple, 75004 Paris.
BONS PLANS
Les grands débats de la Fête de l’Humanité :
- à la halle Nina-Simone, débat à 17h45, le samedi 14 septembre, sur "Chili, 11 septembre 1973, l’espoir assassiné"
- Chili et Uruguay, quarante ans après le coup d’Etat : une grande soirée aura lieu au "village du monde", le samedi 14 septembre, de 19h à 22h, afin de rendre hommage aux peuples victimes des coups d’Etats sanglants du Chili et de l’Uruguay en 1973. Auteurs du hors-série spécial de l’Humanité édité à cette occasion, historiens, personnalités de ce pays témoigneront au cours d’échanges rythmés de pauses musicales
- Toujours le samedi 14, sur la Grande scène, retrouvez Zebda et ses invités pour un hommage au guitariste et poète chilien Victor Jara (16h10)

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.