Pologne, plombier, miracle et gaz de schiste

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

"L’histoire se passe en Pologne c’est-à-dire nulle part". Rayée de la carte, puis ressuscitée, puis à nouveau prise dans les griffes les plus terrifiantes de l’Histoire, la Pologne est enfin libre et réussit enfin. La Pologne ne connaît pas la crise, investissement, croissance, flexibilité, un modèle, ou presque. Sauf pour les deux millions qui ont dû émigrer pour survivre, sauf pour les 14% de chômeurs sans indemnités, sauf pour les retraités, sauf pour les expulsés par la gentrification, sauf pour la majorité des Polonais qui commencent à se lasser de regarder la scintillante vitrine ultralibérale sans jamais pouvoir entrer dans la boutique.
Un reportage à Varsovie d’Antoine Chao et Daniel Mermet.
(Dessin Daniel Mermet)
Merci à Eva Sufin, à Piotr Ciszewski, à Marta et à Piotr Ikonowicz.
Programmation musicale :
- Sorry polsko, par Maria Peszek
- Cztery mile za warszawa, par Orkestra z Chmielnej
Dernière minute :
Piotr Ikonowicz, que vous pouvez entendre dans cette émission, a été arrêté le 30 octobre 2013 pour s’être opposé à des expulsions de logement. Pour le soutenir, vous pouvez lui écrire directement à la prison dans laquelle il est détenu :
Piotr Ikonowicz,
ulica Chłopickiego 71 A
04-275 Warszawa
POLOGNE

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »