Novembre

Articles de cette rubrique

16 documents

  • Grigny Gangs Story (2) Accès libre

    Écouter
    Nous rencontrons aujourd’hui des bandes de la Grande Borne à Grigny dans l’Essonne, sans gyrophare, sans hystérie sécuritaire, sans racisme social, sur fond de ces paroles de rap qui disent tout depuis si longtemps sur la rage et la (...)
  • Grigny Gangs Story Accès libre

    Écouter
    Blousons noirs, loubards, racaille, ceux que les dignes sociologues appellent "les jeunes des classes populaires" sont - comme disait Pierre Bourdieu - "parlés plus qu’ils ne parlent". On parle d’eux, on parle beaucoup d’eux, mais eux (...)
  • Cochon bonnet rouge Accès libre

    Écouter
    Les puissants responsables de l’élevage intensif en Bretagne, soutenus par des subventions publiques depuis des années, réussissent à créer la confusion, en se posant en victime de la catastrophe économique, humaine et environnementale qu’ils (...)
  • LIP, LIP, LIP, hourra ! (2) Accès libre

    Écouter
    C’est possible, on fabrique, on vend, on se paie. Et ils l’ont fait. C’était il y a juste 40 ans et à Besançon aujourd’hui on revient sur cette lutte tranquillement illégale. Le second volet d’un reportage d’Antoine (...)
  • LIP, LIP, LIP, hourra ! Accès libre

    Écouter
    Il y a juste 40 ans, la lutte des LIP à Besançon marque une cassure dans notre histoire. Alors que les emplois sont menacés, les salariés vont vendre directement eux-mêmes les montres qu’ils fabriquent : C’EST POSSIBLE, ON FABRIQUE, ON VEND, (...)
  • Le Qatar déchaîné Accès libre

    Écouter
    3-0 ! La France est qualifiée pour Rio en 2014, c’est la liesse unanime. Le foot nous console de tout et nous aveugle sur tout. Ainsi pour le Qatar en 2022, on se réjouit d’avance à part quelques grincheux qui évoquent les droits de (...)
  • Poulet bonnet rouge (2) Accès libre

    Écouter
    Dans le Finistère, quatre entreprises ont fermé ou sont en train de fermer. Après l’abattoir de porcs GAD, c’est au tour de l’abattoir de poulets Tilly-Sabco, qui s’est construit sur un modèle intensif, productiviste, dans les années 1960. Le (...)
  • Poulet bonnet rouge Accès libre

    Écouter
    Boulot bas de gamme, poulet bas de gamme, mais c’était mieux que rien. En Bretagne depuis longtemps on connaît les effets de l’agriculture intensive imposée depuis les années 60. Mais avec la mondialisation voilà la concurrence, avec le (...)
  • Craonne, sa chanson, ses mutins Accès libre

    Écouter
    Aujourd’hui nous retournons à Craonne, théâtre d’une des plus sanglantes batailles de la Grande Guerre. De cette boucherie, 155 000 Français morts en dix jours, naîtront les mutineries de 1917 et aussi la célèbre chanson de Craonne. Une (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Dernières publis

Les Rendez-vous des Repaires

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.