20 ans Rwanda, rester là ... le coeur debout

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Rwanda, 20 ans ... Théodosie
Nous partons à nouveau pour le Rwanda aujourd’hui. Oui, tout est propre... bien rangé... bien astiqué... bien discipliné comme on nous l’avait dit, et surtout... bien surveillé. Chacun surveille chacun. Derrière la brillante façade, la vie de la grande majorité ne s’améliore guère. Pour beaucoup, le rêve c’est de quitter ce pays tenu par une main de fer. Et il y a surtout le poids de la mémoire en ces temps de commémoration et de deuil où se réveillent TOUTES... les douleurs fantômes. Des fantômes bien présents puisque les survivants sont obligés de vivre à côté de ceux qui ont tué leurs familles...
Nous commençons par essayer de retrouver ceux que nous avons rencontrés au cours de nos reportages (1994, 1995, 1996, 1998, 2004) THEODOSIE, nous n’avons que son nom et le lieu où nous l’avions rencontrée en 1996 : NDERA, près de Kigali. C’était le jour où ses voisins réfugiés au Congo revenaient au village. Des voisins qui avaient massacré toute sa famille. 18 ans après, nous partons à sa recherche.
Reportage : Giv Anquetil, Daniel Mermet
Programmation musicale :
- Drianke, par Limousine

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »