Mai

Articles de cette rubrique

17 documents

  • Bonjour la sous-France (3) Accès libre

    Écouter
    En quelques années, les fiers ouvriers de la vallée sont devenus des "petits blancs" échoués dans les friches de leurs usines. Et la vie s’en va comme le sang d’une blessure. Ici dans les Ardennes comme ailleurs dans le pays. Troisième (...)
  • Bonjour la sous-France (2) Accès libre

    Écouter
    Les "cadres et professions intellectuelles" qui constituent 7% de la population française ont une représentation de 60% à la télévision. Alors que les ouvriers, qui constituent 9% de la population française ne sont représentés qu’à hauteur (...)
  • Bonjour la sous-France Accès libre

    Écouter
    Depuis 2008, 300 usines ferment chaque année en France. 150 000 usines en friche dans le pays. Et des femmes et des hommes aussi, méprisés, abandonnés, trahis. Marine s’est contentée de voler le constat et le discours de la gauche critique (...)
  • Europe, le mépris des peuples Accès libre

    Écouter
    Des salaires qui ont baissé dans 18 États sur 27, alors que dans la seule zone euro on compte 18,9 millions de chômeurs dont 3,5 millions sont directement imputables à la doctrine de Bruxelles. Faillite sociale, aveuglement économique, (...)
  • Maloya Là-bas (2) Accès libre

    Écouter
    Escale à la Réunion, suite, à la découverte du MALOYA, musique de résistance à l’esclavage, à la colonisation, à l’exploitation et toujours présente aujourd’hui dans les luttes comme dans les fêtes populaires. Second volet d’un reportage (...)
  • Maloya Là-bas Accès libre

    Écouter
    Escale à LA RÉUNION aujourd’hui sur des airs de MALOYA. Le tourisme n’a pas encore vidé cette musique de son âme résistante. Venu d’Afrique par Madagascar, le MALOYA invoque les Esprits et berce la peine et se murmure la nuit contre les colons (...)

Dernières publis

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

  • Le café repaire de La Rochelle vous invite le 19 octobre prochain à 20h à la librairie "Les Rebelles ordinaires" (rue des trois Fuseaux à La Rochelle) à venir partager son prochain débat : "Mise en place de la Flat Tax, hausse de la CSG, réforme de la taxe d’habitation, prélèvement à la source...la (...)

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.

Un entretien de Daniel Mermet avec Geoffroy de Lagasnerie Geoffroy de Lagasnerie : « Il n’y a pas d’intellectuel de droite » AbonnésVoir

Le

Pourquoi dialoguer avec Finkielkraut ou Zemmour ? Ça ne sert à rien, « il n’y a pas d’intellectuel de droite », répond le philosophe et sociologue Geoffroy de Lagasnerie. « La définition de la gauche, c’est l’incommensurabilité à la droite. C’est-à-dire que nous n’avons, avec la droite, aucun terrain d’accord. Nous ne sommes pas dans une position de débat, mais dans une position d’affrontement. C’est "une lutte – comme disait Bourdieu à propos de Manet et de l’Académie – à la vie, à la mort". » Contrairement à ce qu’on laisse croire, la force de la gauche aujourd’hui, c’est d’être « imaginatrice », « inventive » et d’avoir « une pensée ». À propos des médias, des révolutions symboliques, de Mai 68, des quartiers populaires ou encore de la politique pénale, Geoffroy de Lagasnerie prouve que la gauche peut encore avoir une pensée stimulante et enthousiasmante.

Nos grands entretiens à lire à tête reposée Jean Ziegler : « Le capitalisme tue, il faut qu’il disparaisse » AbonnésLire

Le

Camarades esclaves, exigeons des boulets moins lourds, demandons des chaînes plus longues, réclamons une réduction des coups de fouet ! Ou bien camarades, levons-nous, prenons les armes et pendons les tyrans. Vous souriez ? Oui, mais la question est toujours : réforme ou révolution ? Pour notre ami Jean Ziegler, c’est clair : le capitalisme n’est ni amendable, ni réformable. Voici la retranscription de l’entretien enregistré en mai dernier à l’occasion de la parution de son livre, Le Capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin) (Le Seuil, 2018).