Rotary, qui sert le mieux profite le plus

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : don du sang organisé par le Rotary, le 17 mai 2014 à Pau)
Le Rotary International compte 35 000 clubs dans le monde entier. Riches d’un fonds de 296 millions de dollars en 2013 issus de dons de particuliers et de riches mécènes, les membres du Rotary ont les moyens de se consacrer à des actions philanthropiques « au service de l’humanitaire et des gens en difficulté ». Notables, décideurs, patrons et entrepreneurs se retrouvent au sein de ces clubs très structurés et très hiérarchisés, alliant une action charitable à l’entretien d’un réseau très utile. C’est tout l’enjeu de ce « capital social », que décrivait Pierre Bourdieu, qui a donné l’une de ses devises au Rotary : « Qui sert le mieux profite le plus. »
Notre envoyée spéciale à Bordeaux Charlotte Perry a rencontré les membres du district 1690 du Rotary.
Reportage : Charlotte Perry
Programmation musicale :
- Change le monde
- Egmont, opus 84, de Ludwig van Beethoven (hymne du Rotary)
- Le petit notable, par Georges Chelon

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis