Les enfants volés d’Espagne

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : Anaëlle Verzaux)
Entre 1940 et 1990, près de 300 000 enfants auraient été volés à la naissance pour être vendus en Espagne.
D’abord pour des raisons idéologiques. Les franquistes enlevaient les bébés des femmes "rouges" pour les placer dans de bonnes familles afin d’éradiquer le gène du marxisme considéré comme une maladie mentale. Toute une chaîne complice de médecins, sages-femmes, religieuses, fonctionnaires se mit en place. Peu à peu le système devint purement lucratif et mafieux.
Peu à peu ces dernières années, la vérité est apparue. Elle explose aujourd’hui dans un psychodrame national qui touche au refoulement imposé à l’Espagne par le franquisme toujours présent, toujours rampant. En même temps que la guerre sociale s’étend, l’Espagne est en proie à une guerre de la mémoire tout aussi profonde.
Une nouvelle diffusion d’un reportage d’Antoine Chao et Daniel Mermet (16 et 17 avril 2012)
Programmation musicale :
- Mi nina Lola, par Buika
- Toma que toma, par Songs of innocence
- A galopar, par Paco Ibáñez
À consulter :
En espagnol : ARMH - Association pour la Récupération de la Mémoire Historique
À voir :
Une vie volée, un documentaire de Laurence Jourdan (2012, produit par AMIP Multimédia)
À lire :
Les Enfants perdus du franquisme, de Ricard VINYES, Montse ARMENGOU et Ricard BELIS (2012, ADEN Éditions)

Écouter l'émission

  • 15:04:42 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:42 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:42 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:42 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:42 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:42 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:42 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:42 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:42 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:43 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:43 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:43 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.