La décennie - le cauchemar des années 1980 (4)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : Jean-Pierre Gaillard, journaliste boursier)
La « nouvelle gauche » devient « moderne ». En clair, elle reprend les idées de « la vieille droite ». Impensable ?
Peut-être, mais pas autant que le projet de la « nouvelle droite », inspirée, toujours, par les « pays qui gagnent », les États-Unis et le Royaume-Uni : « mettre la barre à droite ». Pour beaucoup, cela tient de la gageure, mais le gouvernement Chirac saurait montrer qu’en termes de « libéralisme », l’impensable est à sa portée.
Reste à rallier « le peuple » aux nouvelles valeurs : après « la morale » et « l’éthique » de SOS Racisme, voici celle de l’argent. L’argent qui libère, l’argent qu’il faut protéger de ses « ennemis », l’argent, comme ultime lien social. Alors on devient « actionnaire » comme on était « citoyen ». On participe à la « vie de l’entreprise » comme on s’impliquait dans celle de la « Cité ». L’argent sépare le bon grain de l’ivraie, les « gagnants » des « perdants », ceux qui prennent des risques, de ceux qui s’attachent à leurs « privilèges ».
Quelques années plus tard, pourtant - alors que l’économie « libéralisée » renouera avec les accros oubliés du capitalisme dérégulé -, les cracks boursiers ne manqueront pas de grossir les rangs des « perdants » ... y compris dans les rangs des « boursicoteurs modernes ».
Une nouvelle diffusion d’une émission préparée par Renaud Lambert.
Programmation musicale :
- Da da da, par Trio
- Mala Vida, par La Mano Negra
- Beds Are Burning, par Midnight Oil
- Where Is My Mind, par The Pixies
À lire :
- Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, de Guy Hocquenghem (1986, réédité chez Agone en 2014, avec une préface de Serge Halimi)
- La décennie : le grand cauchemar des années 1980, de François Cusset (2009, éditions La Découverte)
- Le grand bond en arrière : comment l’ordre libéral s’est imposé au monde, de Serge Halimi (nouvelle édition en 2012, chez Agone)
- Quand la gauche essayait, de Serge Halimi (2000, éditions Arléa)
- Fonds de pension, piège à cons ? Mirage de la démocratie actionnariale, de Frédéric Lordon (2000, éditions Raisons d’Agir)
- Et la vertu sauvera le monde... Après la débâcle financière, le salut par l’« éthique » ?, de Frédéric Lordon (2003, aux éditions Raisons d’Agir)
- Libération de Sartre à Rothschild, de Pierre Rimbert (2005, aux éditions Raisons d’agir)
- D’une révolution conservatrice et de ses effets sur la gauche française, de Didier Éribon (2007, aux éditions Léo Scheer)
- Une nouvelle vassalité : contribution à une histoire politique des années 1980, d’André Bellon (2007, aux éditions Mille et une Nuits)

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:42 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:42 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:42 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:42 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:42 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:42 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:42 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le prochain café repaire de Liffré portera sur le thème des Ehpads. Témoignage des personnels, différences entre l’associatif, le public et le privé, et alternatives en France ou à l’International ! Nous vous attendons mercredi 22 octobre dès 18h30 à l’Entre-Temps, 12 avenue François Mitterrand, 35340 (...)

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]

Aude Lancelin reçoit Juan Branco Macron ou la tentation autoritaire AbonnésVoir

Le

Juan Branco est l’avocat français de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Régulièrement, ils se rencontrent à Londres, dans l’ambassade d’Équateur, où Assange vit toujours reclus. Juan Branco porte un regard informé sur les périls que font peser sur nos libertés la raison d’État, autant que les nouvelles oligarchies intimement liées au pouvoir politique.

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.

La République En Marche renonce à supprimer l’expression « Sécurité Sociale » dans la Constitution Ambroise Croizat nous avait prévenus : « le patronat ne désarme jamais » Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur Ambroise Croizat fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise Croizat ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.