Le chemin de l’école

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Écouter l'émission

Les années 50, une époque où tout était en noir et blanc. Comme le tableau et la craie. Comme les clichés où l’on ne distinguait pas les couleurs des uniformes : noir pour les garçons, bleu marine pour les filles.

La chaleur des 40 élèves par classe se conjuguait à la chaleur du poêle à bois qu’il fallait vider chaque soir. Et chaque matin, à la récré, on distribuait un verre de lait avec un morceau de sucre. "Campagne nationale contre le rachitisme", avait décrété l’Etat.

Les années 50, période d’après-guerre, en pleine relance économique. Le Paris des chantiers, le Paris des bidonvilles. Ceux de Nanterre et de Noisy-le-Grand.

Aujourd’hui, plongée dans une banlieue pavillonnaire du 93 de ces années-là.

Programmation musicale :

- "La valse à Margaux", de Raul Barboza.

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis