Comment la terre d’Israël fut inventée

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Après Comment le peuple juif fut inventé (Fayard, 2008), Shlomo Sand poursuit son étude de la construction nationale israélienne par le mouvement sioniste. Il défend toujours l’idée que cette construction s’est appuyée sur un récit fondateur mythique, faisant des populations juives un peuple, uni par une même origine et possédant une même histoire nationale commune, remontant à la terre d’Israël.
Cette Eretz Israël, construite à partir de morceaux de mémoire religieuse et bâtie par un impératif national.
Dans cette suite intitulée Comment la terre d’Israël fut inventée (Flammarion, 2012), Shlomo Sand poursuit son constat. Selon lui, soixante ans après sa fondation, Israël refuserait de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens. « Près d’un quart d’entre eux ne sont pas considérés comme des Juifs et, selon l’esprit de ses lois, cet Etat n’est pas le leur, explique l’historien. En revanche, Israël se présente toujours comme l’Etat des Juifs du monde entier, même s’il ne s’agit plus de réfugiés persécutés, mais de citoyens de plein droit vivant en pleine égalité dans les pays où ils résident. »
Autrement dit, une ethnocratie sans frontières qui justifierait la sévère discrimination qu’elle pratique à l’encontre d’une partie de ses citoyens en invoquant le mythe de la nation éternelle, reconstituée pour se rassembler sur la « terre de ses ancêtres ».
A l’occasion de la sortie hier, mercredi 12 septembre, de Comment la terre d’Israël fut inventée, une projection du documentaire "Vers où Israël ?" de Camille Clavel sera organisée le mardi 18 septembre au cinéma Les 3 Luxembourg (67 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris), à 20h30.
Le film sera suivi d’un débat avec Shlomo Sand, Dominique Vidal et Camille Clavel.

Bibliographie :


 L’illusion du politique. Georges Sorel et le débat intellectuel 1900 (La Découverte, 1984)
 Le XXe siècle à l’écran (Seuil, 2004) traduit de l’anglais
 Les mots et la terre. Les intellectuels en Israël (Fayard, 2006) traduit de l’hébreu
 Comment le peuple juif fut inventé (Fayard, 2008) traduit de l’hébreu
 De la nation et du peuple juif chez Renan (éditions les Liens qui libèrent, 2009)
 Israël face à son passé, avec Avi Shlaïm, Derek Penslar (Les éditions arkhê, 2010)
 Comment la terre d’Israël fut inventée (Flammarion, 2012)
Sur le même sujet :
 "Au nom de la Torah : une histoire de l’opposition juive au sionisme", de Yakov M. Rabkin (Presse Universitaire de Laval)
 "Les juifs religieux et le sionisme", un article de Pierre Stambul http://www.ujfp.org/spip.php?article1858&lang=fr
 Sur l’affaire Judith Butler sur le site de l’Union juive française pour la paix http://www.ujfp.org/

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:42 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:42 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:42 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:42 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:42 - 13/12

    - MP3 -

http://www.ujfp.org/

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !