Une histoire populaire de Peugeot

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Trente années pour un même tableau fait de rage et d’amertume. Avec toujours la même dignité. "L’arrivée de la gauche au pouvoir a beaucoup joué", estime Christian Bonin, responsable CGT de l’époque. Les premiers soubresauts se font sentir dès l’été 1981, avec de brefs débrayages. En 1982, l’usine augmente ses cadences, laissant de fait place à "la révolution" au sein de l’usine familiale.
"On n’en pouvait plus, relate Christian Bonin. Plus les ouvriers travaillaient, plus ils perdaient en salaire. Nous étions insultés !" La réponse est immédiate. Jusqu’à 3000 ouvriers, sur un site qui comptait alors 6000 salariés, cessent le travail, réclamant une hausse de salaire et de la dignité...
Parmi ces 3000 hommes, bon nombre d’ouvriers issus de l’immigration maghrébine. Des hommes qui tiennent tête à leur direction pendant plus de quarante jours. PSA cède. Jacques Lombard, à l’époque président du groupe, l’annonce en direct à la télévision. Des élections professionnelles ont lieu sous le contrôle de 26 inspecteurs du travail. La CGT devient la première force syndicale de l’usine.
Une victoire... suivie de licenciements, avec une première charrette de 800 salariés. Parmi eux, beaucoup d’anciens leaders de la grève.
Aujourd’hui, les annonces télévisuelles sont les annonces successives d’un gouvernement prisonnier de ces plans sociaux à répétition.
Aujourd’hui, la lutte retentit jusque dans les travées du Salon de l’automobile et sur les pavés. Une lutte "plus politique", cette fois-ci, pour la sauvegarde d’un savoir-faire. Toujours pour la dignité.
Un reportage d’Antoine Chao.

Programmation musicale :


- "Sois discret" par Bruit qui court
- "La victoire du Front populaire"
- "Ensemble avec Colette Magny", dans le coffret 11 juin 1968 à Sochaux

Documentaires :


- "Haya, chronique de la première grève des PSA", film réalisé par Claude Blanchet (1982)
- "Sochaux, cadences en chaînes", documentaire de Laurence Jourdan, coproduction INA, France Télévisions et le CNC (2010)

Eléments bibliographiques :


- Résister à la chaîne. dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Christian Corouge et Michel Pialoux, éd. Agone (2011)
- Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Michel Pialoux avec Stéphane Beaud, éd. Fayard (1999)
- Grain de sable sous le capot. Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003), Marcel Durand, première édition La Brèche, 1990, réédition Agone (2011)
Crédit photo : Aulnay-sous-Bois, usine Citroën, 1982.(André Lejarre/le bar Floréal)

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.