Une histoire populaire de Peugeot

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Trente années pour un même tableau fait de rage et d’amertume. Avec toujours la même dignité. "L’arrivée de la gauche au pouvoir a beaucoup joué", estime Christian Bonin, responsable CGT de l’époque. Les premiers soubresauts se font sentir dès l’été 1981, avec de brefs débrayages. En 1982, l’usine augmente ses cadences, laissant de fait place à "la révolution" au sein de l’usine familiale.
"On n’en pouvait plus, relate Christian Bonin. Plus les ouvriers travaillaient, plus ils perdaient en salaire. Nous étions insultés !" La réponse est immédiate. Jusqu’à 3000 ouvriers, sur un site qui comptait alors 6000 salariés, cessent le travail, réclamant une hausse de salaire et de la dignité...
Parmi ces 3000 hommes, bon nombre d’ouvriers issus de l’immigration maghrébine. Des hommes qui tiennent tête à leur direction pendant plus de quarante jours. PSA cède. Jacques Lombard, à l’époque président du groupe, l’annonce en direct à la télévision. Des élections professionnelles ont lieu sous le contrôle de 26 inspecteurs du travail. La CGT devient la première force syndicale de l’usine.
Une victoire... suivie de licenciements, avec une première charrette de 800 salariés. Parmi eux, beaucoup d’anciens leaders de la grève.
Aujourd’hui, les annonces télévisuelles sont les annonces successives d’un gouvernement prisonnier de ces plans sociaux à répétition.
Aujourd’hui, la lutte retentit jusque dans les travées du Salon de l’automobile et sur les pavés. Une lutte "plus politique", cette fois-ci, pour la sauvegarde d’un savoir-faire. Toujours pour la dignité.
Un reportage d’Antoine Chao.

Programmation musicale :


- "Sois discret" par Bruit qui court
- "La victoire du Front populaire"
- "Ensemble avec Colette Magny", dans le coffret 11 juin 1968 à Sochaux

Documentaires :


- "Haya, chronique de la première grève des PSA", film réalisé par Claude Blanchet (1982)
- "Sochaux, cadences en chaînes", documentaire de Laurence Jourdan, coproduction INA, France Télévisions et le CNC (2010)

Eléments bibliographiques :


- Résister à la chaîne. dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Christian Corouge et Michel Pialoux, éd. Agone (2011)
- Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Michel Pialoux avec Stéphane Beaud, éd. Fayard (1999)
- Grain de sable sous le capot. Résistance & contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972-2003), Marcel Durand, première édition La Brèche, 1990, réédition Agone (2011)
Crédit photo : Aulnay-sous-Bois, usine Citroën, 1982.(André Lejarre/le bar Floréal)

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.