L’Amérique qui flippe ou l’Amérique qui floppe ? (3)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

C’est l’autre Las Vegas. Celui des centaines de kilomètres de tunnels. De ces égouts où se terrent des dizaines, des centaines de naufragés de "Sin City", la ville du pêché. Pour s’y rendre, il faut courber l’échine, crisper les rétines. Dans la fraîcheur de la pénombre, on y découvre l’antre de ces hommes-taupes, clochards, joueurs fauchés, la plupart toxicomanes, fantômes des catacombes.
Chacune de leur vie raconte une histoire américaine. Certains ont fui la justice, d’autres ont échoué là, mendiant le jour dans les rues ou faisant du "silver mining" la nuit, cette collecte des pièces oubliées dans les machines à sous des casinos.
Cet autre Las Vegas est "un no man’s land traversé de voies ferrées et d’échangeurs autoroutiers où le rêve américain rampe dans un trou noir pour y crever".
Welcome to Fabulous Las Vegas !
Troisième journée en compagnie de Giv Anquetil et Daniel Mermet.

Programmation musicale :


- Viva Las Vegas, The Dead Kennedys
- L’America, The Doors
- Amerikhan Promise, Erikah Badu

Aller plus loin !


- Sous les néons. Vie et mort dans les souterrains de Las Vegas, Matthew O’Brien, éd. Inculte, coll. Fiction, 2012.
- Matthew O’Brien est aussi le fondateur de Shine a Light (http://www.beneaththeneon.com/shine-a-light.asp), un projet communautaire de Las Vegas qui vient en aide aux hommes-taupes de Vegas.
- Photographe qui a illustré le livre d’O’Brien, Giles Clarke travaille aujourd’hui autour d’un projet sur la ville de Bhopal, en Inde (http://www.vice.com/fr/read/giles-clarke-ventures-into-the-neon-underground).

A ne pas manquer !


- Le Grand retournement, un film de Gérard Mordillat, d’après la pièce de Frédéric Lordon, sera projeté à 19h30, en avant-première au CRDP - 31 bd d’Athènes, Marseille - et suivi d’un débat avec le réalisateur. Une soirée proposée par le Repaire Là-bas si j’y suis de Marseille et le Cercle des Déconnomistes.

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:41 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:41 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:41 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:41 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Daniel MERMET avec Olivier BESANCENOT BESANCENOT, BENSAÏD, RÉSISTANCE, ESPÉRANCE AbonnésVoir

Le

Disparu il y a dix ans, le philosophe et militant, Daniel Bensaïd laisse une œuvre toujours utile aujourd’hui, pour celles et ceux qui ne se contentent pas du monde tel qu’il est mais qui n’osent à peine imaginer ce que l’on pourrait en faire. Comment passer de la résistance à l’espérance ? Comment renouer avec le fil de l’histoire progressiste rompu par la catastrophe stalinienne ? Comment trouver des braises dans les cendres des grands échecs ? Ami proche de Bensaïd et de ses idées, Olivier BESANCENOT nous en donne un mode d’emploi pour aujourd’hui.

« LE JOURNALISME DOIT DÉFIER L’AUTORITÉ. » Le journaliste Robert Fisk est mort à 74 ans QUAND ROBERT RENCONTRE BEN LADEN Accès libreÉcouter

Le

Le grand journaliste Robert Fisk est mort. Pas du tout l’air d’un baroudeur, mais plutôt d’un brave irlandais, amateur de rugby, qui sort de son pub. Depuis quarante ans, il était sur tous les coups et toutes les guerres : Liban, Syrie, Irak, Iran, Algérie, Bosnie, Afghanistan, la liste est longue. Toujours à rebrousse-poil et à contre-courant, toujours sur le terrain, le calepin à la main. Contesté, jalousé, respecté, ses papiers – très suivis par le public – agaçaient les professionnels de la profession. Il avait reçu quantité de prix et de récompenses.