L’Amérique qui flippe ou l’Amérique qui floppe ? (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Derrière la lumière de Vegas, l’ombre de la crise. Selon Forbes, Las Vegas serait le vide. En 2009, le prestigieux magazine lui a même décerné le titre peu glorieux de "ville la plus vide des Etats-Unis" devant Detroit.
Tout un symbole. Le "Strip" ne brille plus. Au plus fort des "subprimes", la majestueuse artère de la ville aux jeux a, elle aussi, connu la crise. Bordée de casinos et d’hôtels de luxe, la grande avenue fait illusion. Si 39 millions de visiteurs s’y pressent encore et toujours, la métropole du Nevada, qui concentre 70% de la population de cet Etat désertique, affiche un taux de chômage estimé entre 13 et 14%. Bien supérieur à la moyenne nationale (environ 10%).
Les casinos font grise mine. La valeur immobilière, elle, tire franchement la langue. Elle s’est effondrée de près de 40%.
Mais comme toujours, dans les histoires de crise, il y a ceux qui se postent en embuscade. Qui flairent le bon coup.
Ainsi, au Nevada, la crise fait aussi le bonheur des "Frenchies".
Violemment touché par les "subprimes", le marché immobilier de Vegas est devenu abordable... pour des acquéreurs prêts à débourser entre 230.000 et 500.000 dollars la belle bicoque. Chef d’orchestre de ce ballet, Loïc Pillon. Profession : agent immobilier aux USA. L’esprit entrepreneur qu’il paraît...
Welcome to Fabulous Las Vegas ! Deuxième journée en compagnie de Giv Anquetil et Daniel Mermet.

Programmation musicale :


Forclosure Song - inconnu
The Name is Mitt Romney - Romney Rock

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:42 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:42 - 13/12

    - MP3 -

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !