Fralib, dans grève il y a rêve (1)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

La marque Eléphant est née à Marseille en 1896. En 1972, elle passe dans les mains d’Unilever. En 2012, elle pourrait revenir entre celles des Fralib.
Dans cette histoire, le conditionnel est de rigueur. Parce qu’après maintes déconvenues et désillusions, les salarié(e)s de l’usine de Géménos ont appris à être prudents. Parce qu’aussi les réponses du gouvernement se font là encore attendre.
En attendant de refaire démarrer l’Eléphant sous forme de société coopérative, les Fralib s’organisent. Plus de 731 jours qu’ils "occupent" l’usine. Ou plutôt qu’ils veillent à ce qu’on ne leur enlève pas leur outil de travail après leur avoir enlevé leur emploi. Alors, comme s’ils allaient au boulot, ces femmes et ces hommes tournent en 3/8, se relayant nuit et jour sur le site par équipe de dix ou de quinze.
Parallèlement, les salariés ont mené de nombreuses actions au cours de la lutte - qui n’est toujours pas terminée ! - notamment des réquisitions de produits Unilever dans les supermarchés de la région et le lancement d’un boycott de la marque Lipton.
Inscrivant ainsi leur combat dans la durée en façonnant ce projet de reprise alternative. Un projet fondé sur la certitude que Fralib (Française d’alimentation et de boissons), sa marque historique l’Eléphant et les compétences de ses ouvriers, ont un avenir...
Remerciements pour leur témoignage à Olivier Leberquier, Gérard Cazorla, Omar Dahmani et à Yves Baroni.
Merci aussi à Hervé, Marc, Rim et Babette, à Jean-Mi le cuistot, Henri et Ammar
Et à tous les autres salariés Fralib en lutte que l’on retrouve demain dans le deuxième volet de ce reportage Fralib, dans grève il y a rêve... de Gaylord Van Wymeersch.

Programmation musicale :


- On lâche rien, de I AM
- Tout le monde, par Dupain
- Lo Chin Na Na Poun avec Manu Terrron et Daniel Malavergne
Crédit photo : Olivier Perriraz

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À écouter

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.