Ferraille à vendre

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Ces encombrants valent de l’or. Des déchets remplis de cuivre, de zinc, de laiton. Des métaux indispensables aux chantiers, aux lignes de train qui sont très convoités. Une économie à la fois très lucrative et de la débrouille.
Plus de 500 sites ferrailleurs « en cash » sont concernés en France. Et 80% des transactions y étaient effectuées en espèces, pour des montants pouvant représenter jusqu’à 15 000 euros par jour.
En France, le « business » de la ferraille s’évalue à un milliard d’euros par an. Un manque à gagner de 100 millions net pour l’Etat. Les élus ont donc décidé d’agir. Et en juillet 2011, ils ont tranché. Les transactions ne se feront plus que par chèques et les ferrailleurs devront déclarer leurs activités auprès des services fiscaux.
Une manière de remplir les caisses de l’Etat et de couper court au trafic des métaux. Une légalisation de cette activité qui touche également de plein fouet « l’économie de la récup’ ». Et toutes ces personnes qui vivent grâce à ce système D quotidien.
Un reportage de Sarah Lefèvre.
Remerciements à Ricardo Moreira, Etienne Liebig, Amey, David, Isabela, Corina et à tous les ferrailleurs de Montreuil et de Saint-Ouen.

Programmation musicale :


- Roue Jockey, Kosti
- Gitan, Manouche, Tsigane, Rom et Sinti, Rap voyageur 2012
- Salauds de pauvres, Romain Dudek

A l’agenda :


- La compagnie de théâtre d’Hébron sera en représentation ce soir à Caen, à l’occasion d’une tournée en France et au Luxembourg jusqu’au 30 novembre. Toutes les informations sur le www.amis-alrowwad.org
- Du 16 novembre au 16 décembre, la Compagnie Jolie Môme propose « Faust et l’homme ordinaire », au théâtre de La Belle étoile, à Saint-Denis. Tout au sujet de cette nouvelle création artistique et collective sur le http://www.cie-joliemome.org
- Dans le cadre de ses « rencontres de novembre », La Fabrique organise ce soir une présentation d’Une histoire de la Révolution française d’Eric Hazan, à la librairie Libralire (116 rue Saint-Maur, 75011 Paris)
.

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:41 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:41 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:41 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:41 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.