Sans lumière, sans eau, sans peur ! (3)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

La galère qui s’étend aujourd’hui en Espagne, les Gitans la connaissent intimement depuis des siècles. La galère sociale, la galère de vivre hante la beauté poignante du flamenco. Aujourd’hui une rencontre avec Bobote un grand artiste du flamenco. Non pas dans les beaux quartiers de Séville, ni même à Triana, l’ancien quartier Gitan, mais à Las Très Mil, le « ghetto gitan » ou aucun taxi ne vous conduira.
Là, Bobote est heureux au milieu de sa famille et de ses amis. Entre deux concerts a travers le monde, il élève ses coqs de combat et le soir dans un petit bistro entre les HLM, il retrouve ses amis, dominos, bière, flamenco... On pense à Federico García Lorca :
« Le Gitan c’est celui qui garde la braise, le sang et l’alphabet de la vérité andalouse universelle. »
Reportage Antoine Chao, Daniel Mermet,
Photo © Daniel Mermet

Programmation musicale :


- Pata Negra : "Ratitas Divinas"
- Pata Negra : "Yo me quedo en Sevilla"
- Las Tres Mil : "La foto que tu me has dao"
- Camaron : "Toma que Toma"
- Israel Galvan : "Lo Real"

Un extrait du spectacle de Bobote, "De Triana a las Tres Mil" :

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis