Pas plus grosse qu’une allumette !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Vous cherchez, ça vous fait penser à quelque chose cette phrase, ah, oui, Prévert, et vous souriez. Ne dites pas non, vous avez souri ! Et même vous avez rigolé comme des gosses au printemps. Voila notre intention aujourd’hui en retrouvant Prévert Là-bas. Profiter de ce qu’il n’y a aucune commémoration, aucun centenaire, aucune journée spéciale Jacques Prévert pour redécouvrir la grâce incongrue et l’humour saignant du camarade Prévert, histoire de se redonner des envies de vie et d’espoir et de lutte face à la falaise. Et de fraternité.
On oublie que Prévert c’est un nom de printemps.

Programmation musicale :


- Cora Vaucaire : "La chanson de Prévert"
- Maurice Garrel : lecture de "La Chanson de Prévert"
- Marianne Oswald : "La grasse matinée"
- Yves Montand : "Les feuilles mortes"

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis