Désobéissance musicale (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Ferré, Vian, Brassens, Ferrat. A leur époque chacun d’eux s’est vu interdit pour une chanson ou pour une autre. On ne remerciera jamais assez les censeurs de nous les avoir ainsi fait aimer. Le pouvoir politique s’est toujours méfié de la chansonnette, mais pas facile de mettre une muselière à un oiseau. Du coup, on est passé de ferme ta gueule à cause toujours. Chante toujours. Tous rebelles, tous pas content, tous indignés dans un même bac à sable inoffensif. Mais heureusement Là-bas est là ! Vous avez été nombreux à aimer notre "Désobéissance musicale" fin janvier dernier.
Aujourd’hui nous repartons à la recherche des vrais secoueurs de cocotier.
Préparation Franck Haderer. France Inter 15 heures

Programmation musicale :


- Jean Caussimon : "Le gauchisme à la mode"
- Keny Arkana : "Indignados"
- Philippe Katerine : "Liberté mon cul"
- Bolchoï Karma Experience : "Les riches"
- Les Elles : "Ah si j’étais riche"
- Yves Robert : "Acteur du marché
- Chasseloup : "Je l’ai"
- Odieu : "Gloire à ma banque"
- Kash Léon : "PSA"
- La Canaille : "Le soulèvement aura lieu"
- Les Malpolis : "La prise d’otages"
- Kolibri : "Monsanto"
- R-Wan : "Radio Active"
- Rocé : "Chante la France"
- Dubamix : "NDDL"

Désobéissance musicale (2)

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.