Cocorico Toyota ! (2)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Enfin une bonne nouvelle, Toyota France qui emploie 4.000 personnes à Onnaing (Nord) vient de lancer une version de la Yaris destinée au marché américain. Eh oui, "Origine France" ! Alors que PSA et Renault rament sur le sable, Toyota tourne à plein régime. En 2001 dans cette région très sinistrée, Toyota était arrivé comme le sauveur créateur d’emploi. Aujourd’hui près de 270.000 voitures sont produites chaque année par les 4.000 "members". Oui, ici on ne dit pas salariés et encore moins ouvrier, on dit "member". Ici c’est le "lean management" (Green, Clean and Lean), la production est organisée autour du TPS, le système de production Toyota qui repose sur deux piliers : le "juste à temps" et le "jidoka", c’est à dire "le système anti-erreur à visage humain" base du toyotisme, secret de la réussite planétaire de Toyota.
Mais réussite pour qui ? Pour la plupart des médias, comme pour la majorité du pouvoir politique et économique cette question ne se pose pas. Mais pour les "members" ? La plupart on l’air "de s’y faire", mais ont-ils d’autres choix ? Quelques voix dissidentes tentent de se faire entendre mais qui font écho à celles que nous avions entendues au Japon au cœur de l’empire TOYOTA et qu’on entendait déjà dans le livre-reportage de Satoshi Kamata "Toyota, l’usine du désespoir" où finalement ce ne sont plus les robots qui imitent les hommes, mais c’est l’inverse, les hommes imitent les robots.
Reportage Gaylord Van Wymeersch
France Inter, 15h
Photo : A l’usine Toyota de Valenciennes, des ouvriers font des étirements avant le début de leur journée de travail (Pascal Rossignol / Reuters)

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:41 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:41 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:41 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:41 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le nouveau Café Repaire de St Nom, se pose la question et propose d’en débattre dans ce contexte de forte mobilisation sociale contre la politique d’un gouvernement, qui devient de plus en plus autoritaire et répressif.

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.