Cocorico Toyota !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article vous est offert en accès libre, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis ne vit que grâce à vos abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Eh oui, Toyota est fantastique ! Alors que Renault perd 24% et PSA 36%, à Valenciennes Toyota tourne à plein régime. C’est même la fête pour le lancement du modèle "Origine France" qui va être exporté vers les Etats-Unis. Tout le monde est content, de monsieur Borloo à monsieur Montebourg en passant par la direction de Toyota France, chacun se réjouit.
Implanté depuis 2001 à Onnaing près de Valenciennes (Nord) depuis 2001, Toyota c’est 4.000 emplois pour 270.000 voitures par an. Pour cette région durement éprouvée, Toyota a été une aubaine et aujourd’hui une réussite. Les journalistes ne dissimulent pas leur enthousiasme. C’est d’ailleurs peut-être ce qui les différencie des salariés. Car cette réussite a un prix. Depuis le début de l’année, le groupe produit autant avec deux équipes qu’avec trois, grâce à "l’overtime", grâce au "lean management", grâce au TPS, le système de production de Toyota qui repose sur deux piliers que sont le "just in time" (juste à temps) et le "jidoka"... C’est-à-dire le toyotisme.
Une occasion, après Valenciennes, de retourner au Japon, à Toyota, berceau du toyotisme et de retrouver Satoshi Kamata, l’auteur de "Toyota, l’usine du désespoir". Oui, Toyota est fantastique, mais à quel prix. Mais comme dit un journaliste économiste : "Abnégation et flexibilité sont les ingrédients obligés".
Reportage Gaylord Van Wymeersch
France Inter, 15h

Photo :


Publicité Toyota pour la nouvelle Yaris

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Dernières publis

Une sélection :

De notre envoyé spécial au-delà du périphérique Dillah TEIBI, notre correspondant de guerre sociale Attention, ça bouge dans les quartiers ! AbonnésÉcouter

Le

Vous connaissez les pyramides, Venise et le palais du grand Lama, mais Aulnay-sous-Bois, vous connaissez, le nord d’Aulnay-sous-Bois ? C’est le genre d’endroits où les médias font des reportages sur la drogue, le voile, le viol et les djihadistes, c’est là que les sociologues engagés font leur « terrain », c’est là que les candidats aux élections viennent tous les cinq ans, c’est là que le président des riches, récemment, a rendu visite pour faire des selfies avec les habitants.

Entretien avec Daniel Mermet Pierre Souchon, encore vivant ! AbonnésVoir

Le

PIERRE SOUCHON, ENCORE VIVANT ! Soudain il pète tout, il casse tout dans la ville. Trois fois, il est interné en psychiatrie, Pierre est bipolaire, c’est aussi un brillant journaliste. Depuis longtemps, il voulait raconter ça de l’intérieur, sa folie, et la vie autour, l’hôpital, l’Ardèche, les arbres, son mariage chez les bourgeois. Un livre superbe, des pages sans précautions, dures et belles.

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

Ça va continuer ainsi (avec un peu moins d’étudiants présents) jusqu’au week-end. Là, les étudiants sont enfermés dans l’école pour réaliser un enduro de projets ; interdiction de sortir de la salle, d’avoir un sac, de téléphoner, etc.…
Derrière la coolitude générale, la matraque n’est pas loin.Midi. Une table où personne ne se parle : manger vite et y retourner. Une autre où tous regardent leur téléphone.Mais (...)

Déborah, championne du monde de bodybuilding ET thanatopractrice Le culte du corps, à la vie, à la mort (1/2) AbonnésÉcouter

Le

« Vous dansez Mademoiselle ?… vous êtes charmante, on doit vous le dire souvent… Oh, mais vous êtes musclée !… Ah, vous êtes championne de bodybuilding ? Ah, je me disais aussi… Et dans la vie, vous faites quoi ?… pardon ? Thanato… euh… thanatopractrice ?… euh, le truc sur des cadavres ?… vous les maquillez… vous les préparez… vous les videz de leur sang ?… euh… et ben, bonne soirée, euh… je sais même pas votre prénom… Déborah ?… Et ben au revoir Déborah ! »