Champagne pour là-bas !!! (3)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Encore quelques numéros retrouvés au fond des archives de l’INA de « Si par hasard au piano bar... » saison 1983 - 1984. Avec notamment Roland Topor, Catherine Sauvage et Gébé.
Suite de notre rétrospective à l’occasion de la remise par la Scam à Daniel Mermet du Grand Prix 2013 « pour l’ensemble de son œuvre »*
Chaque jour, dans « Si par hasard au piano bar... », Daniel Mermet interrogeait ses invités au sujet de son père, Charlie, un musicien vagabond dont il avait perdu la trace. Fiction ou réalité ? On ne le sut jamais...
D’Alain Bashung à Dizzie Gilepsie, de Renaud à Juliette Gréco, de Roland Topor à Gébé, de Paco Ibanez à Barbara... toutes et tous sont venus raconter leur rencontre avec ce pianiste aventurier.
Aujourd’hui, Roland Topor, Catherine Sauvage et Gébé évoquent celui qui disait « je suis comme je fuis ».
*Alors que ce n’est qu’un début !
France Inter, 15h.

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:41 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:41 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:41 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:41 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:41 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:41 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:41 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:41 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:41 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:41 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:41 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:41 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».