Tunisie, le réveil cabossé

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Il y a deux ans, le printemps des peuples arrivaient en Tunisie. Un printemps contagieux, le monde arabe fleurissait de tous les possibles.
Aujourd’hui même, 25 janvier, l’Égypte célèbre le deuxième anniversaire de sa révolution. À Tunis c’était le 14 janvier et Là-bas était là. On s’en doutait, la Révolution est un beau jour mais il y a beaucoup de lendemains. Comment reconstruire le bateau alors que vous êtes en pleine mer, que les requins vous cernent et qu’ils sont même déjà à bord !
Et où va le navire ? Où est passée la feuille de route ? Y a-t-il un capitaine à la barre ? Y a-t-il une barre ? Dans les médias français, la Tunisie se couvre de barbus et de burqas. La Révolution finit
toujours mal. Les médias français le savent puisqu’ils sont Français.
Et les Tunisiens ?
Oui, le réveil est bien cabossé, secoué de toute part, certains tentent de l’arrêter, d’autres la nuit viennent voler les aiguilles, d’autres tentent de les faire tourner à l’envers, il y a ceux qui jettent des
mots et des drapeaux à l’intérieur pour coincer les rouages, mais, en tendant bien l’oreille dans toute cette effervescence cacophonique, on entend nettement le cœur du réveil tunisien qui bat.
Reportage Anaëlle Verzaux.
Montage Franck Haderer.
Merci à Henda Krichen pour la traduction, merci aussi à Omeyya Seddik, Selma Zghidi, Nicolas Beau et Kamel Jendoubi.

Programmation musicale :


- Psyco M : "Jeux politiques 2011"
- Armada Bizerta : "L.S.D. (Liberté, Solidarité, Démocratie)"

Écouter l'émission

  • 15:04:41 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:42 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:42 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:42 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:42 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:42 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:42 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:42 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:42 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:42 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:42 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Spécial infogrèveEnvoyez vos infos à infogreve@la-bas.org

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

À La Courneuve, les « gilets rouges » de la CGT réinventent un service public au service du public AbonnésÉcouter

Le

« L’électricité, c’est la vie, et nous, on est des "gilets rouges" ! » La formule est de Nicolas Noguès, un militant CGT. Avec des collègues syndicalistes, il occupe une ancienne boutique EDF à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Leur opération a débuté le 14 novembre 2018, soit trois jours avant le premier acte des « gilets jaunes ». Alors c’est vrai, c’est moins spectaculaire. Et du coup, il y a moins de journalistes pour couvrir l’événement. Pourtant, là aussi, dans ce coin du 93, il est question de proximité et d’accès aux services publics pour des usagers sacrifiés sur l’autel de la dématérialisation.

Une grande enquête de Dillah Teibi et Kévin Accart ADP : LA GRANDE ARNAQUE Accès libreVoir

Le

Pourquoi privatiser les aéroports de Paris ? Pourquoi offrir une telle machine à cash aux actionnaires ? Pourquoi vendre un « bijou de famille » construit avec les impôts des Français ? Les enquêtes d’opinion indiquent que 2/3 des Français sont opposés à cette privatisation. Ils n’ont pas oublié l’énorme arnaque de la privatisation des autoroutes et ils savent bien dans leur vie, autour d’eux, les dégâts entrainés par les privatisations depuis des années.