Monsieur tout blanc (3)

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Il prend le métro et il aime le tango. Un pape si simple, si proche des pauvres. Les médias s’agenouillent, les fidèles exultent. Le pape François fait l’unanimité. Ou presque.
On a vite étouffé la controverse sur son silence durant la dictature et son attitude envers des prêtres jugés trop à gauche et qui furent arrêtés et torturés. Son silence alors que l’Eglise catholique d’Argentine collaborait étroitement et justifiait et bénissait des tortionnaires inspirés par des militaires français.
Le silence. « Il silencio ». Un silence en forme de tâche et d’ombre au tableau représentant ce bon pape si près des pauvres. Des pauvres qui sont l’objet de sa compassion et de sa bonté. Objet. D’autres voulaient que ces objets deviennent sujets, et ceci au sein même de l’Eglise. Que l’émancipation des opprimés soient l’œuvre des opprimés eux-mêmes. Ce courant dissident fut combattu mais résiste, c’est celui de la théologie de la libération, qui peut se résumer dans la fameuse formule de l’évêque brésilien Dom Helder Camara : « Si je nourris un pauvre, on me dit que je suis un saint. Si je demande pourquoi le pauvre n’a pas de quoi se nourrir, on me traite de communiste. »
Enquête Antoine Chao, Giv Anquetil, Daniel Mermet.

Invités :


- Martine Sevegrand
- Rodolfo Yorio
- Sophie Thonon

Archives :


- Intervention de Perez Esquivel (2013)
- "Le passé trouble du Pape François" (TV5 Monde)
- Là-bas si j’y suis, 04/01/1996

Programmation musicale :


- Mercedes Sosa : "Todovia cantamos"
- Cuarteto Cedron : "Cantate ruidos"

DVD :


- Escadrons de la mort, l’école française de Marie-Monique Robin / Arte Editions

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.