L’invention d’une démocratie

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Du printemps arabe à l’hiver islamiste. Il a fallu peu de temps pour que l’enthousiasme délirant de nos grands médias pour "la révolution de jasmin" retombe dans le rejet de l’hiver islamiste. Des burqas sur le printemps et des barbus dans le jasmin, nos islamophobes pouvaient continuer leur croisade.
Alors que la Tunisie se recueillait toute entière bouleversée par l’assassinat du leader d’extrême gauche Chokri Belaïd, un leader de la gauche française Monsieur Manuel Valls, ministre de l’Intérieur dénonçait "un fascisme islamiste qui monte un peu partout" . En France le vieux disque rayé de l’anticommunisme a été recyclé en un logiciel de l’anti-islamisme.
Aujourd’hui nous tentons de mettre quelques grains de sable dans cette machine bien huilée. Ex dissident devenu Président de l’Etat tunisien en transition, Moncef Marzouki assume une alliance difficile avec les islamistes du parti Ennahda. Mais ce n’est pas la seule tension ni le seul défi dans cette Tunisie qui s’est remise en marche. L’énorme appareil du système Ben Ali est loin d’être démantelé. A gauche, le Front Populaire gagne en influence ainsi que le puissant syndicat UGTT.
Mais quels compromis pour réussir ? Car ce printemps est avant tout une révolution sociale. L’emploi, le niveau de vie, les inégalités. Le temps presse, le chaos n’est pas loin, le FMI s’apprête à imposer ses conditions. Il faut tout faire à la fois, sans chemin tracé, sans modèle tout prêt.
Hésitant, enthousiasmant, décourageant, tâtonnant, c’est un long processus, c’est l’invention d’une démocratie.
Entretien Daniel Mermet.

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos messages sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Bonjour tout le monde, ce mois-ci, le troisième jeudi du mois tombe le 20 décembre. Nous nous retrouverons à 18h30 au bar du Canigou à Villefranche de Conflent pour fêter les 8 ans du Café Repaire du Conflent. En effet, en décembre 2010, après huit ou dix manifestations sur Perpignan, pour refuser la (...)

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !