Blanqui à Belle-Ile, petit homme n’est pas mort

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

A Belle-Ile on évoque Monet, Sarah Bernhardt ou Arletty, mais Auguste Blanqui ?
A part une avenue ou un collège, qui connait celui qui fut surnommé « l’Enfermé » pour avoir passé la moitié de sa vie, 33 ans, dans une vingtaine de prisons ? Ce qui ne l’a pas empêché de devenir la grande figure du socialisme révolutionnaire au XIXe siècle en France, créant des journaux, des sociétés secrètes, montant des insurrections, édifiant la jeunesse révolutionnaire parisienne...
Quatre fois condamné à mort, quatre fois gracié, jusqu’à sa libération en 1879, après la campagne menée par Victor Hugo et Clemenceau...
Blanqui fut enfermé sept ans dans le pénitencier de Belle-Ile, de 1850 à 1857. Il écrit, il milite, il jardine, il enseigne.
Dans la nuit du 4 avril 1853, après des mois de préparations avec un comparse, c’est la grande évasion, la belle...
Au terme de cette aventure il écrira à sa mère « Petit homme n’est pas mort ».
Reportage Anaëlle Verzaux, Daniel Mermet (Avec Eric Hazan et Daniel Bensaïd)
Pour retrouver l’intégral de l’émission « Maintenant, il faut des armes » avec Eric Hazan et Daniel Bensaïd, diffusée le 12 février 2007, c’est par là http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1107:

Écouter l'émission

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis