La décennie - le cauchemar des années 80 (VII) : 1989... et après

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« La greffe n’a pas pris (...) Cette hystérie libérale pourrait provoquer un mouvement social qui ne pourrait pas avoir lieu ailleurs... » (François Cusset, 2007)
Ce devait pourtant être la fin.
La fin des idéologies. La fin de l’Histoire. La fin des conflits politiques.
Ce devait pourtant être la grande réconciliation.
La réconciliation des extrêmes. Le dépassement des classes. La convergence des projets.
Ce devait pourtant être l’époque des « raisonnables », du « concret » des « pieds sur terre » : celle du « Centre » politique... une illusion qui ne nous a peut-être pas encore tout à fait quittés.
Pourtant le vernis craque car transparaît une vérité pas si neuve que ça, puisque, déjà, François Mitterrand la formulait dans les années 70 : « En France, le centre a toujours été à droite ».
Alors que le « consensus » se cherche de nouveaux ennemis pour imposer l’évidence de « la seule politique possible », une observation s’impose : la greffe n’a pas pris...
Et si le volcan qu’on croyait éteint se remettait à gronder ?
Nouvelle version d’une émission préparée par Renaud Lambert, diffusée en avril 2007.

Programmation musicale :


- 

A réécouter sur La-bas.org :


- « Vive la crise : pédagogie de la soumission », le 26 juin 2006
- « Libération - de Sartre à Rothschild », actualisée le 15 janvier 2007

A lire :


- Lettre ouverte à ceux qui sont passés du Col Mao au Rotary, de Guy Hocquenghem
- La décennie, le cauchemar des années 80, de François Cusset
- Le grand bond arrière et Quand la gauche essayait, de Serge Halimi
- Et la vertu sauvera le monde et Fonds de pension, piège à cons, de Frédéric Lordon
- Journalistes précaires - Journalistes au quotidien, sous la direction d’Alain Accardo, avec une longue contribution de Gilles Balbastre
- Libération - de Sartre à Rothschild, de Pierre Rimbert

Et aussi :


- D’une révolution conservatrice et de ses effes sur la gauche française, de Didier Eribon
- Une nouvelle vassalité : Contribution à une histoire politique des années 1980, d’André Bellon

La décennie - le cauchemar des années 80 (VII) : 1989... et après

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]

Aude Lancelin reçoit Juan Branco Macron ou la tentation autoritaire AbonnésVoir

Le

Juan Branco est l’avocat français de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Régulièrement, ils se rencontrent à Londres, dans l’ambassade d’Équateur, où Assange vit toujours reclus. Juan Branco porte un regard informé sur les périls que font peser sur nos libertés la raison d’État, autant que les nouvelles oligarchies intimement liées au pouvoir politique.

Saluons le courage de nos policiers qui se battent héroïquement ! FARIDA, INFIRMIÈRE CRIMINELLE, 1m55… Accès libreVoir

Le

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue. On salue le courage de la police de Macron contre une femme d’1m55, jetée à terre, asthmatique et qui réclame sa Ventoline. Farida a reconnu avoir jeté deux cailloux sur les flics.