Président nous voilà !

Le , par L’équipe de Là-bas

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

L’électeur c’est comme le lapin, ça s’attrape par les oreilles.
Depuis longtemps la chanson fait partie de la propagande politique. Séduire les foules, émouvoir le peuple, faire passer le message, promettre, faire croire, la chanson électorale est un art bien difficile.
De "Strauss Kahn y va gagner" de 2007 à "Sarko ho ho", de "Osez Bové" à "Tous ensemble avec Marine Lepen", cinquante ans de chansons électorale. Une heure indispensable pour voter en chantant et ne pas déchanter le lendemain.
Préparation : Franck Haderer.

Programmation musicale :


- André Dassary : "Maréchal nous voilà"
- Jérôme Bourdelon : "Raffarin nous voilà"
- Inconnu : "A la santé de Maurice"
- Chanson des partisans de l’Algérie française : Auteur et titre inconnus.
- Michel Paje : "Chirac pour Paris" (1977)
- Herbert Pagani : "Changer la vie"
- Roger Vivant : "Le Grand Elan"
- Ligue Communiste (Marxiste Léniniste) du Canada : "Forgeons notre parti"
- La voix du peuple : "Fait’ plus l’autruche, votez Coluche !"
- Inconnu : "Mitterrand président" (1981)
- Inconnu : "Pour tous, Chirac maintenant président" (1981)
- Roger Vivant : "Bleu, Blanc, Rouge, la France est de retour"
- Isabella Imperatri : "Avec Jean-Marie" (1997)
- Jean-Jacques Goldman : "Ensemble" (2002)
- Les Motivés : "Allez ouste, Douste" (2002)

Illustration :


Extrait de La Table verte, le premier ballet politique porté sur scène par Jooss en 1932.

Écouter l'émission

  • 15:04:42 - 1/12

    - MP3 -

  • 15:09:42 - 2/12

    - MP3 -

  • 15:14:42 - 3/12

    - MP3 -

  • 15:19:42 - 4/12

    - MP3 -

  • 15:24:42 - 5/12

    - MP3 -

  • 15:29:42 - 6/12

    - MP3 -

  • 15:34:42 - 7/12

    - MP3 -

  • 15:39:42 - 8/12

    - MP3 -

  • 15:44:42 - 9/12

    - MP3 -

  • 15:49:42 - 10/12

    - MP3 -

  • 15:54:42 - 11/12

    - MP3 -

  • 15:59:42 - 12/12

    - MP3 -

  • 16:04:42 - 13/12

    - MP3 -

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

Dernières publis

Une sélection :

La bataille des retraites est lancée. Un entretien de Jérémie Younes avec Christophe Ramaux Comment Macron va baisser nos retraites AbonnésVoir

Le

Après la casse du code du travail et de la SNCF, la suppression des cotisations salariales et de l’impôt de solidarité sur la fortune, la prochaine grande régression sociale que nous propose Emmanuel Macron consiste à « réformer », une nouvelle fois, notre système de retraites. Ou plutôt, à l’affaiblir, afin de préparer l’entrée des compagnies d’assurance privées.

Avec Gérard Filoche Macron fait payer les mesures « gilets jaunes » par la Sécu ! AbonnésÉcouter

Le

Vous vous souvenez des quelques mesures « lâchées » par Emmanuel Macron, début décembre 2018, pour tenter de calmer les « gilets jaunes » ? Hausse de la prime d’activité, exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, baisse de la contribution sociale généralisée (CSG) sur les retraites inférieures à 2 000 euros… Ce mardi 20 octobre, presque un an après, l’Assemblée nationale va voter le budget 2020 de la Sécurité sociale. Et que découvre-t-on, à l’article 3 du budget ? C’est la Sécu qui va payer les mesures « gilets jaunes » !

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.