Aux USA

De main street à Wall street, le capitalisme titube (1)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Première étape du voyage aux Etats-Unis à Cleveland, Ohio.
Autrefois le pilier économique de la "ceinture de rouille" (rust belt), la ville a subit de plein fouet la crise du secteur automobile et s’est vidée de près de la moitié de sa population. Aujourd’hui, Cleveland est une ville qui souffre : depuis 2007 et le début de la crise des subprimes, la fameuse crise des crédits hypothécaires, elle détient le record de maisons saisies et de familles expulsées.
Au palais de justice, vente aux enchères où les maisons se vendent pour une bouchée de pain, puis, dans le quartier de Slavik, rencontre avec Barbara qui malgré tout résiste et organise la solidarité avec les voisins du quartier.
reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil

Écouter l'émission

  • De main street à Wall street (1) - 14h58-15h03

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h03-15h08

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h08-15h13

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h13-15h18

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h18-15h23

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h23-15h28

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h28-15h33

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h33-15h38

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h38-15h43

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h43-15h48

    - MP3 -

  • De main street à Wall street (1) - 15h48-15h53

    - MP3 -

pour cette émission

Sur notre site

À écouter

  • Une émission avec le journaliste américain Thomas Frank, Serge Halimi et Benoît Bréville du Monde diplomatique

    Pourquoi les riches votent à gauche ? Abonnés

    Écouter
    Pourquoi les pauvres votent à droite. C’était le titre du best-seller de Thomas Frank publié en 2008, qui se demandait pourquoi les pauvres, censés aspirer à plus de redistribution et d’égalité, votent contre leurs intérêts. Dix ans (…)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.