Mondialisation libérale

Labeur et les épinards

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Les gens sont sereins » : voilà le refrain seriné à Nice, au Salon de l’investissement.
Les actionnaires ont, pour certains, perdu 30 % de leur capital, mais aucun ne se retrouve à la Soupe Populaire, ou même n’annule ses vacances.
A Renault Sandouville, les ouvriers se montrent moins sereins. Leur fiche de salaire a baissé de 300 €, et ils le ressentent aussitôt sur leurs crédits, leurs courses, etc.
La « crise » se montre plus concrète ici...
Un reportage de François Ruffin

Crédits illustration :


 Auteur : Titom

Programmation musicale :


 Drowning dog : Their wealth is our poverty
 Sarclo : Le labeur pour les épinards

Agenda :


 CHOMSKY ET CIE
le 14 novembre, Projection en avant-première du film de Daniel Mermet et Olivier Azam
infos pratiques : CNT
33, rue des Vignoles 75020 Paris à 20h
Métro : Avron ou Buzenval

Livre :


 François Ruffin : La guerre des classes
éditeur : Fayard (2008)

Emission du vendredi 14 novembre 2008

pour cette émission

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.