Mondialisation libérale

Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières (2)

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

A la demande générale, on continue aujourd’hui avec Frédéric Lordon, chercheur au CNRS et économiste, qui répond aux questions que vous vous posez sur les crises financières.

Lien :


- Bon plans : Concert et danses
L’histoire démarre en 2000 dans les bidonvilles Roms de Kezmarok en Slovaquie, à l’initiative d’Ivan Akimov (musicien professionnel) et d’Helena Akimova (éducatrice de rue) pour aider, à travers la musique et la danse, les jeunes Roms en difficulté.
Le groupe rencontre un vaste public en Slovaquie, puis en République Tchèque, Hongrie, Pologne, Suisse, France ....
10 nov. 2008 20:00
Centre Culturel du Pavé Blanc -Clamart
11 nov. 2008 18:30
Grand Hall du parc Montreau - Montreuil sous Bois

Livre :


- Frédéric Lordon : Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières
éditeur : Raisons d’agir (2008)

Emission du lundi 10 novembre 2008

pour cette émission

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».